Née à Amiens et résidant à Nantes, on peut dire que je foule les pas de Jules Verne !

Dans chacune de ces villes qui lui ont été chères, se trouve aujourd’hui un musée qui valorise à sa façon l’écrivain,l’inventeur, comme l’homme politique.

Jules Verne est issu d’une famille nantaise de navigateurs et d'armateurs. Il nait sur une des îles de Nantes en 1828 et grandira dans l’effervescence des allers et venues des navires de marchandises. Il ne passera que ces 20 premières années à Nantes, pour partir ensuite à Paris faire ses études de droit. La vie de couple l’emmène ensuite à Amiens, d’où est originaire sa femme. Il y vivra 34 ans jusqu’à sa mort en 1905. 

Ces deux villes qui ont fortement marqué l’écrivain, s’imposent donc dans la réception de son héritage et la création de lieux patrimoniaux.

Naissance du musée nantais

A Nantes les premières célébrations deJules Verne commencent dès 1955 pour le 50e anniversaire de sa mort.Une association nantaise (La Société Académique de Nantes) lui consacre uneexposition. C’est au cours de cet événement que l’idée commence à germer d’un« musée Jules Verne ».

La bibliothèque municipale prend la suite.Ayant déjà plusieurs ouvrages de l’écrivain, dont certains offerts et dédicacéspar l’auteur lui-même, l’institution se penche sur la « star »locale. En 1963, elle lui consacre également une exposition pour célébrer lecentenaire des « VoyagesExtraordinaires ». La famille de l’écrivain touché par cet intérêtoffre à la ville une cinquantaine de lettres autographes de l’écrivain. C’estalors le point de départ de la spécialisation de la bibliothèque nantaise quiva orienter ses recherches et sa politique d’acquisition sur l’auteur.

La création du centre d’étude vernien estofficialisée au sein de la bibliothèque en 1969. Le musée deviendra ensuite unesorte d’annexe de la bibliothèque, un lieu de présentation et de médiationautour du fond vernien.

Le musée Jules Verne naît le 8 avril 1978, annéedu 150ème anniversaire de la naissance de Jules Verne à Nantes.L’évènement est largement fêté dans la ville, l’année 1978 est même déclaréeannée Jules Verne. Pour les 100 ans de sa mort en 2005, le musée est rénové.Aujourd’hui la bibliothèque est à nouveau en train de réfléchir à l’évolutiondu projet d’établissement du musée Jules Verne.

Unvoyage thématique plus que temporel

Le musée nantais propose d’explorer JulesVerne à travers plusieurs thématiques : la terre, le ciel, l’espace. Les premièressalles, plongent tout d’abord le public dans le contexte historique de lajeunesse de Jules Verne : la ville de Nantes en pleine effervescencemaritime et industrielle. Persuadé que cela a profondément inspiré le jeuneauteur, le lien avec le port de Nantes et la passion de Jules Verne pour les bateauxet les voyages sont très marqués. En témoignent plusieurs citations présentesdans le musée.

Les salles thématiques exposent au publictour à tour les inventions sous-marines et spatiales de l’inventeur avec denombreuses maquettes. Puis une place importante est donnée à l’écrivain,notamment à sa collaboration avec son éditeur Hetzel, mais aussi ses nombreusespièces de théâtre.

Enfin certaines pièces présententl’interprétation de l’œuvre de l’auteur par des artistes contemporains. Lessalles semi-permanentes, s’adaptent aux expositions temporaires. On y trouvenotamment beaucoup d’illustrateurs, ou encore d’extraits cinématographiques.

La scénographie est assez épurée et proposeplutôt de plonger dans les univers verniens, et dans sa réinterprétation actuelle.L’exposition est assez didactique et décrypte bien les passions de l’écrivain.L’idée ici n’est pas de réécrire l’histoire de Jules Verne, mais d’en présenterles grandes étapes, les grandes idées, et d’en perpétuer le souvenir.

Vue du muséeJules Verne avec la citation suivante : « Il y a cette circonstance que je suisné à Nantes, 

où mon enfance s’est tout entière écoulée (…) dans le mouvementmaritime d’une grande ville de commerce » © CdA.

Une des sallesde musée Jules Verne avec la citation suivante « Je n’ai jamais pu voir partirun 

vaisseau, navire de guerre ou simple bateau de pêche sans que mon être toutentier s’embarque à son bord. » © CdA.

Lanaissance du musée amiénois

Sur ses 34 ans de vie à Amiens Jules Vernehabita plusieurs maisons, mais c’est dans celle du 2 rue Charles-Dubois qu’il yrestera le plus longtemps. Dans cette très belle demeure du milieu du 19esiècle, typique du nord de la France en brique rouge, il mènera la grande vieavec de nombreuses réceptions.

Dès 1971, se rassemblent plusieurspassionnés et collectionneurs de Jules Verne pour se constituer en associationau sein de la maison de l’auteur. Ils commencent alors à constituer unecollection d’objets, ayant appartenu ou en lien avec l’homme. En1980, la ville d’Amiens achète la maison. Pour éviter qu’elle ne tombe enruine, des travaux sont réalisés l’année suivante pour que le Centre Internationalde Jules Verne s’y installe. Plusieurs projets de réhabilitation du site semettent en place comme une maison des sciences avec une partie consacrée àl’écrivain.

En 1990, 10 ans plus tard, la maison commenceà s’ouvrir au public. Des travaux sont à nouveau réalisés au rez-de-chausséepour restituer le salon de musique et la salle à manger de l’écrivain. Anouveau presque 10 ans plus tard, la ville laisse le CIJV (Centre Internationalde Jules Verne) gérer la maison officiellement. C’est alors que le bâtiment estclassé au sein de la Fédération des Maisons d’Écrivain et des Patrimoines Littéraires. Lefond vernien s’agrandit considérablement quand en 2000, le collectionneur PieroGondolo della Riva, cède 30 000 objets à la ville.

La Maison de Jules Verne fait peau neuve en 2006, grâceentre autres au scénographe François Schuiten (qui a réalisé la scénographie duTrain world à Bruxelles). Il ajoute à la tour de la maison un globe en métal toutà fait dans l’esprit de l’écrivain.

Une immersiondans la vie quotidienne de l’auteur

La maison a pris le parti de retranscrire une ambianced’époque, créer une maison intime. On plonge dans une habitation bourgeoise du19e avec quelques inspirations néogothiques comme  la Maison de Victor Hugo à Paris. Le visiteurfoule les pas de l’écrivain dans sa salle à manger, son fumoir, sabibliothèque, etc. On découvre que l’homme, d’une manière très prosaïque,écrivait dans un tout petit cabinet avec juste de quoi écrire, dormir etobserver les allers et venues des trains à travers une petite fenêtre. 

Est évoqué également l’homme politique, ce qui n’est pas lecas à Nantes, à juste titre car c’est à Amiens qu’il s’engagera dans le conseilmunicipal de la ville. Y figure donc des distinctions qui lui ont été remiseset des reproductions d’un de ses grands projets qui lui a tenu à cœur : lacréation d’un cirque à Amiens (aujourd’hui renommé cirque Jules Verne) pourpromouvoir la création artistique.

Puis, plus on monte dans les étage plus on s’évade dans desunivers oniriques. Au 3e étage sont évoqués les bateaux et lesvoyages avec la reconstitution d’une cabine de bateau qui nous immerge dans unebulle spatio-temporelle. Le dernier étage joue sur l’effet « grenier »dans un bric-à-brac d’objets évoquant la postérité de l’œuvre de Jules Verneavec des objets de cinéma, théâtre, des marionnettes, etc.

Globalement dans cette maison, l’ambiance estassez chargée, il y a beaucoup de collections, parfois un peu trop. Cependantl’objectif n’est pas le même qu’à Nantes, le public vient ici d’abord pourvisiter un bâtiment « historique », et s’imprégner de la vie et del’esprit de Jules Verne et ensuite butiner vers certains objets qui aurontpiqué sa curiosité.

Vue extérieure de laMaison Jules Verne, Amiens. © CdA.

Vue intérieure d’unesalle de la Maison Jules Verne, Amiens. © CdA.

Julesà Amiens, Verne à Nantes

Malgré des dates assez communes, les deuxsites verniens n’ont pas eu la même évolution. A Nantes, les choses se sontfaites assez rapidement, le premier musée nait à la fin des années 1980, alorsqu’à Amiens la ville rachète tout juste la maison. La force des deuxassociations à l’origine du musée diffère également. A Amiens, le CIJV s’estconstitué comme une association très puissante, puis le musée a été géré par lesbibliothèques de la ville. Il y a eu un transfert de compétences et de gestion.A Nantes, le lien avec la bibliothèque municipale est marqué dès l’origine etinstalle une belle continuité dans le temps, même si aujourd’hui le muséemériterait de prendre son envol.

Chaque musée a choisi en bonne intelligencede valoriser une facette de Jules Verne. A Nantes nous est présenté les rêvesde l’homme, ses inventions, ses passions, son univers si inspirant. Tandis qu’àAmiens, est recherché l’intimité avec l’écrivain, son lieu de vie, sesouvrages, et le contexte politique dans lequel il vécut.

Bien sûr ces deux villes n’ont pas lemonopole de la valorisation de Jules Verne . Tout comme les musées, lespassionnés du monde entier se font un plaisir de réinterpréter l’œuvre quitouche aussi bien le domaine de la littérature, de l’histoire, des sciences, dela politique, du cinéma, etc.

Charlotte Daban

#JulesVerne

#Amiens

#Nantes

#Littérature

#Voyage


Pour en savoir plus :

Musée de Jules Verne Nantes : http://www.julesverne.nantesmetropole.fr/home.html

Maison de Jules Verne Amiens : http://www.somme-tourisme.com/amiens-et-autres-histoires/jules-verne-dans-la-somme

Centre International de Jules Verne : http://www.jules-verne.net/index.php/le-centre