Parcours

Sous-catégories

Pour devenir des professionnels engagés

Les MEM, après le Master : statistiques et débouchés

Le Master MEM vient compléter le dispositif de formation dans le domaine des musées dans la région Hauts-de- France (Nord - Pas de Calais /Picardie). Les étudiants sont originaires de toute la France, voire de l’international (Italie, Belgique, Mexique, Etats-Unis, Chine…), et sont destinés à s’insérer professionnellement dans tous pays.

 

  • Tiphaine

    Chargée de mission Musée Lens 14/18

  • Jérome

    Contractuel à la Cité de l'Economie et de la monnaie - Paris

  • Luana

    Muséographe au MAST - Musée de l'Astronomie et des Sciences Apparentées, à Rio de Janeiro

  • Eglantine

    Muséographe, Cité de l'Espace à Toulouse

  • Caroline

    Chargée d'étude Agence Présence Lille

  • Sandra

    Chargée de mission du projet culturel et scientifique du site du Mont-Valérien

  • Aénora

    Assistante de conservation, Musée de Deauville

  • Quynh

    Chargée de projet de conception d'un centre culturel au Vietnam

  • Nadège

    Médiation Centre de ressources Louvre-Lens

  • Nil

    Muséographe, Universcience

  • Ionna

    Poste de muséologue, municipalité de Perama, Grèce

  • Marion

    Chargée de projet accessibilité, Signes de Sens, Lille

  • Thi My

    Chargée des collections et de la programmation, Artothèque de Montréal

  • Béatrice

    Doctorante en muséologie

  • Ludivine

    Médiatrice de création numérique Réseau des Bibliothèques de Chalons-en-Champagne

  • Astrid

    Maison-Musée du sel de Haraucourt (Lorraine)

  • Sabrina

    Chargée de développement touristique et de la mise en valeur des patrimoines Communauté de Communes Bièvre Est (Isère)

  • Lilia

    Chargée de médiation, FRAC PACA

  • Anne

    Chargée de productions de contenus au Louvre Abu Dhabi

  • Diane

    Chargée de projet, Engrenages, Salins-les-bains

  • Léa

    Cabinet d’étude et d’ingénierie, Paris

  • Thibault

    Chargé de production, Art et marges musée, Bruxelles

  • Margaux

    Agence de scénographie, Paris

  • Anais

    Médiatrice culturelle et muséographe - Musée de la Nacre et de la Tabletterie, Méru (Oise)

  • Emmanuelle

    Directrice du site historique du bagne de l'île Nou, Nouvelle-Calédonie.

  • Julie

    Assistante de conservation, Collégiale St Martin, Conseil Général du Maine et Loire

  • Zoé

    Muséographe, Agence Décalog Grenoble

  • Noémie

    Chargée de l’accessibilité,  musée de la poste, Paris

  • Rachel

    Chargée de muséographie, CDD Communauté de Communes des 3 A Haut Verdon

  • Camille

    Chargée de récolement, Museum du Havre

  • Caroline

    Chargée de muséographie, Agence Présence, Lille

  • Lucie

    Chargée du service des publics, Parc culturel de Rentilly

  • Célia

    Chargée du Fab-Lab au CESI à Reims

  • Elodie

    Chargée de communication et action culturelle dans un Festival en Ardèche

  • Vanessa

    Domaine du Chateau de Versailles

  • Clara

    Chargée de projet Parc naturel de l'Escault, Belgique

  • Jody

    Chargée de médiation Ecomusée d'Alsace

  • Marie

    Poste de médiation à Lewarde

  • Camille

    Chargée de Projets d'actions artistiques, Les Grandes tables à la Belle de Mai Marseille

  • Katia

    Responsable du pôle médiation Centre d'interprétation Enerlya

  • Cécile

    Muséographe, association Patrimoine Médecine Santé Lyon

  • Laurence

    Responsable, Galerie Daniel Besseiche

  • Marion

    Chargée de médiation culturelle - Frac Grand Large - Hauts-de-France

  • Laura

    Administratrice de ventes de la Fondation Louis Vuitton

Chaque promotion du Master 2 porte le nom d'une personnalité engagée dans des enjeux sociaux et culturels sans se limiter à la muséographie.

Si nous privilégions le nom d'une femme peu connue ayant un lien avec la culture et avec les Hauts-de-France, c'est pour remettre sur la scène de l'Histoire, celles qui sont le plus souvent oubliées...

 Virginie Élodie Marie Thérèse Demont-Breton, dite Virginie Demont-Breton est née le 26 juillet 1859 à Courrières dans le bassin minier et décédée le 10 janvier 1935 à Paris. Artiste peintre et femme de lettres française, son œuvre illustre principalement la vie des pêcheurs du Pas de Calais. Elle est la fille de Jules Breton (1827-1906) et la nièce d'Émile Breton, tous deux peintres reconnus. Elle épouse le peintre Adrien Demont en 1880.

Sa carrière artistique est précoce. Elle expose à Paris dès 1879 et obtient une médaille d’or à l’Exposition universelle d’Amsterdam en 1883. En 1890, elle s'installe à Wissant, petit village de la Côte d'Opale, entre les caps Blanc-Nez et Gris-Nez où, l'année suivante, le couple fait construire le Typhonium, une villa de style néo-égyptien, par l'architecte belge Edmond De Vigne.

Virginie Demont-Breton adhère à l’Union des femmes peintres et sculpteurs en 1883, et en devient la présidente de 1895 à 1901. Elle est, avec son époux Adrien Demont, à l'initiative du groupe de Wissant ou école de Wissant, qui rassemble des artistes auprès d'eux vers 1890-1900. Augustin Lesieux, marbrier et sculpteur à Paris, a réalisé un buste de Virginie Demont-Breton conservé au musée de la Chartreuse de Douai.

Certaines de ses œuvres sont exposées dans les musées d'Amiens, d'Arras, de Boulogne-sur-mer, de Calais, de Douai, de Lille, de Paris, d'Amsterdam, d'Anvers et de Gand.

(Extrait de la page Wikipédia)

Composent la promotion :  Charlotte CABON--ABILY,  Coline CABOURET, Charlène CAMARELLA, Éloise CANAVESIO, Julie DAVASSE, Coralie DUNOU, Justine FAURE, Bethsabée GOUDAL, Emeline LARROUDÉ, Elise MATHIEU, Berivan OZCAN, Julia PARISEL, Mathilde PAVAUT, Louison ROUSSEL, Lisa SECHERESSE, Maëlle SINOU, Amaury VANET, Clotilde VILLAIN, Ines XUCLA.

 Hélène Patou, née le 3 février 1902 à Liévin (Pas-de-Calais) et morte le 6 février 1977 à Cachan (Val-de-Marne), est une écrivain, militante anarchiste néomalthusienne et installatrice du Centre Henry Poulaille à Cachan. Enfant, elle fait de la contrebande vers la Belgique pour vivre pendant la Première Guerre mondiale. Ouvrière dans une usine textile, elle fréquente le mouvement libertaire et participe à la colonie libertaire Le Milieu Libre de Vaux, puis est une des pionnières de la colonie de Bascon. (La Clairière de Vaux ou Milieu libre de Vaux est une communauté libertaire fondée à Essômes-sur-Marne dans l'Aisne en 1902).

En 1936, elle est modèle pour les peintres Matisse et Picabia. Après le Soulèvement nationaliste des 17 et 18 juillet 1936 en Espagne, elle rejoint Barcelone, rencontre Buenaventura Durruti et s'engage dans la colonne Durruti. Après la défaite de juin 1940, Hélène Patou, qui se sait surveillée par la police, se réfugie dans la montagne du pays niçois, à Pélasque (Lantosque), où elle survit grâce à de menus travaux de couture pour les paysans. Après guerre, elle habite à Paris chez son amie Rirette Maîtrejean. En 1963, elle travaille comme correctrice de presse et devient la compagne de Henry Poulaille. À Cachan, elle s’occupe méthodiquement de l’installation du centre de documentation où Poulaille veut rassembler ses importantes archives dans le local mis à sa disposition par la municipalité.
(Origine :  Le Maitron des anarchistes : http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?mot28 )

Composent la promotion : Océane Caby, Camille Caron, Margot Coïc, Fanny Davidse, Océane De Souza, Marie Delamare, Anna Erard, Joanna Labussière, Juliette Lagny, Annaelle Lecry, Clemence Lefèvre, Alice Majka, Chloé Maury, Meline Sannicolo, Julie Schafir, Lucie Taverne, Noémie Verstraete.

Née à Amiens en 1882, Germaine Dulac est une réalisatrice, productrice et scénariste, figure de premier plan dans l'histoire du cinéma. Comme l'année du master MEM est placée sous le signe de l'image et de la réalisation, cette personnalité est des plus propices. 
Sa vie professionnelle commence en 1906 au journal féministe La Française où, jusqu'en 1913, « elle rédige principalement des portraits de femmes et des critiques de théâtre ». Elle écrit également quelques pièces de théâtre.


Elle compose La Mort du Soleil (1921),  La Souriante Madame Beudet (1923), critique de la vie conjugale petite-bourgeoise ou, en termes modernes, de « l'incommunicabilité du couple ». Après 1924, elle milite aussi avec ardeur pour répandre l'amour du cinéma et contribue à développer les ciné-clubs. Plus tard, elle rejoint la « seconde avant-garde », avec La Coquille et le Clergyman (1928) (d'après Antonin Artaud), puis elle réalise des symphonies d'images, alliées à la musique, avec Disque 927 (1927) (d'après Chopin) ou Thèmes et Variations (1928).
 (Fiche Wikipédia).

Composent la promotion : Caroline Biondo, Charlotte Daban, Juliette Deschodt, Nil Didier, Célia Domaine, Mathilde Esquer, Heloise Ferrand, Amandine Gilles, Salambo Goudal, Juliette Gouesnard, Samantha Grass, Sarah Hatziraptis, Aenora Le Belleguic, Eglantine Lelong, Claire Linder, Véronique Marta, Luana Medeiros, Jérôme Politi, Hélène Prigent, Tiphaine Rin, Camille Roussel, Lara Zambonelli.

 

Martha Desrumaux, militante communiste, résistante, déportée au camp de concentration de Ravensbrück puis élue maire adjointe de Lille en 1945. 

Martha Desrumaux naît le 18 octobre 1897 à Comines France. Bonne à tout faire à 9 ans, elle devient ouvrière et adhère à la CGT à 13 ans ! Elle devient membre du Parti communiste français dès 1921. En 1936, Martha Desrumaux joue son propre rôle dans le film de Jean Renoir La vie est à nous et la même année, participe avec Léon Jouhaux et Benoît Frachon aux victoires ouvrières du Front populaire. Elle est la seule femme membre de la délégation ouvrière chargée de négocier les accords de Matignon en 1936. L'année suivante, elle s'implique personnellement pour l'Espagne Républicaine. Elle est arrêtée en 1939, en tant que communiste. Résistante, elle est déportée en janvier 1942 au camp de Ravensbrück. Elle est libérée et rapatriée par la Croix-Rouge en avril 1945. Le droit de vote est accordé aux femmes en 1944, Martha Desrumaux est alors élue au conseil municipal de Lille. Le 21 octobre 1945, elle devient députée du Nord. "La pasionaria du Nord " reprend ses responsabilités à l'Union des syndicats C.G.T. Martha Desrumaux décède, le 30 novembre 1982, le même jour que son mari, Louis Manguine, métallurgiste et syndicaliste.

Voir :
    •    Martha Desrumaux. Une femme du Nord, ouvrière, syndicaliste, déportée, féministe de Pierre Outteryck. Le Geai Bleu éditions,

Composent la promotion : Marion Boistel, Ionna Boura, Jill Carlson, Paul Cartier, Margot Delobelle, Nil Didier, Marine Dutilleul, Nadège Herreman, Hoang Dieu, Aénora Le Belleguic, Véronique Marta, Sandra Pain, Nais Paoli, Cléa Raousset, Magalie Thiaude, Laura Tralongo. 

Poètesse, romancière, Marceline Desbordes Valmore est aussi la fille d'un peintre de Douai, Felix Desbordes. Après la Révolution et un séjour périlleux en Guadeloupe, elle devient comédienne à 16 ans au théâtre de Douai, puis cantatrice et chanteuse. Elle joue à Douai, Lille, Rouen, Paris au théâtre de l'Odéon, à l'Opéra comique, à La Monnaie de Bruxelles...  Amoureuse passionnée, elle admire Talma et se marie avec un acteur Prosper Lanchantin, dit Voldemore. Elle publie en 1819 son premier recueil de poèmes.

En 1839, elle publie L'Atelier d'un peintre, où elle explique combien il est difficile pour une femme d'être reconnue pleinement comme artiste. Fille de peintre, elle est avide de culture, curieuse, originaire du Nord Pas de Calais et s'engage pour que les femmes accédent à l'émancipation, une bonne raison d'en faire une figure pour la promotion 2014 / 2015 !

Composent la promotion : Capucine Cardot, Cyrielle Danse, Marine Dutilleul, Anne Hauguel, Cécile Iannuzzo, Lilia Khadri, Ophélie Laloy, Fanny Legru, Sabrina Masella, Astrid Molitor, Ludivine Pérard, Béatrice Piazzi, Murielle Richez, Thi-My Truong, Sabrina Verove, Pauline Wittmann

Journaliste, écrivain, née en 1893 à Arras, Louise Weiss œuvre entre les deux grandes guerres pour la paix, l’Europe et les droits de la femme : rapprochement franco-allemand, premiers projets d'union européenne et militante en faveur du vote des Françaises. Après 1945, elle entreprend des voyages documentaires sur le continent américain, en Afrique et en Asie dont elle rapporte de nombreux filmsEnfin, Louiss Weiss a aidé à la création du musée de la Batellerie à Conflans St Honorine.

Composent la promotion : Elisa Bellancourt, Mélanie Breitfelder, Daniel Bonifacio, Gwendoline Cabe Maury, Ilario Debiase, Anaïs Dondez, Camille Françoise, Agathe Gadenne, Coralie Galmiche, Margaux Geib Lapinte, Anais Kraemer, Thibault Leonardis, Léa Peccot, Mélanie Tournaire, Lucie Vallade, Andréa Vázquez, Diane Westphal

La portraitiste Marie-Geneviève Bouliard (Paris 1763 – Vindecy 1825) était la fille unique d'un couturier, une condition sociale propice au succès pendant les années antiaristocratiques de la révolution. Elle exposa aux Salons entre 1791 et 1817. Elle gagna le prix d'encouragement lors du Salon de 1791 durant lequel on permit aux non-académiciens d'exposer au Louvre. Grâce à ce prix, elle peignit des allégories historiques telles qu’Aspasia. Aspasia, compagne ​influente de Périclès, enseigna l'art oratoire et politique à certaines femmes et quelques hommes faisaient partie de son auditoire tel que Sophocle ou Phidias.

Beaucoup de commandes venaient du monde artistique, tels que les portraits de Adélaïde et de Alexandre Binard. Ce dernier créa le Musée National des Monuments Français pour sauvegarder de la destruction des œuvres dont les sujets n’étaient pas en accord avec les idées révolutionnaires. Une de ses oeuvres est présentée au musée des beaux arts d'Arras. 

Composent la promotion : Elodie Bay, Jody Beconnier, Camille Bockstal, Noemie Boudet, Isabelle Capitani, Laura Clerc, Emmanuelle Eriale, Katia Fournier, Aelis Frechet, Célia Hansquine, Mathilde Lemaire, Laurence Lalart, Aurélie Leclercq, Rachel Letang, Clara Louppe, Cécile Massot, Julie Minetto, Marion Monteuuis, Lucie Rochette, Camille Savoye, Marie Tresvaux du fraval, Vanessa Vancutsem, Zoe Vazzanino