Les fêtes de Noël sont achevées, les magasins sont dévastés et les ventres remplis. Alors vous me direz pourquoi encore parler de Noël ?

Frise Noel, Crédits : expographe.com

Les fêtes de Noël sont achevées, les magasins sont dévastés et les ventres remplis. Alors vous me direz pourquoi encore parler de Noël ? Parce que pendant ce mois de décembre cette fête envahit notre quotidien et notamment la ville ! Vous pensez peut-être que ma formation me monte à la tête – vous avez raison– et que je deviens folle en supposant qu'on puisse lier la muséographie et Noël. Vous avez tort ! Voici 5 raisons qui vous prouveront à coup sûr que les muséographes que nous sommes devrions nous pencher sur cette opportunité professionnelle :

  1. Une ville scénographiée

Noëls'expose dans toutes les grandes villes de France, Paris, Lille,Strasbourg, Bordeaux mais également dans les petits villages. Ellesrivalisent d'imagination pour offrir le spectacle le plus somptueux.Eclairages majestueux, grandes roues, marchés de Noël, etc. sontconçus dans un véritable programme scénographique ! Sicertaines villes ont une vision « artistique » del'agencement des décorations de Noël – on pensera à la rueFaidherbe de Lille par exemple – d'autres organisent réellementleur boulevard et place comme des scènes. Dans ce cas l'image laplus flagrante est certainement celle des Champs-Elysées !

Décoration du rond point des Champs Elysées, Crédits : Laparisienne.com

  1. Un parcours de visite :

Cequi caractérise aussi une exposition est le parcours qui nous estoffert, impossible de me contredire là-dessus ! Et bien ceparcours est également proposé au sein de la ville lors desfestivités de Noël. Tout comme pour les musées les plus rigides,la ville nous contraint dans les marchés de Noël à suivre unparcours imposé dont il est quasiment impossible de dévier !Je vous mets au défi de faire le test, entre la conception del'espace – entrée et sortie bien signalées, moment-clés del'exposition avec des chalets plus importants que d'autres – et lafoule ne formant qu'un seul homme, vous suivez le parcours qu'on vousdicte !

Desparcours plus libres sont proposés également au sein de la ville,cependant des moments forts sont signalés, représentés ici par lesgrandes avenues décorées. Vous ne vous baladez pas aux hasards maisles lumières de Noël sont les lignes directrices de votre visite.

  1. Des expôts dans les vitrines

Ilexiste en effet de véritables objets d'expositions, et nous lesconnaissons tous ! Chocolats, coquilles1,jouets, tenues de soirée, etc. Les vitrines des grands magasins sontsouvent des lieux d'exposition extraordinaires, où les objets vendussont mis au second plan pour laisser transparaitre tout l'imaginairede Noël. Osez me dire que vous ne vous êtes jamais arrêtés devantdes installations mécaniques composées par exemple d'ourspolaires, de pingouins et d'inuits bougeant de manière synchroniséesur un chant traditionnel. Ces clichés si kitschs nous font rêver,c'est indéniable.

Notonsque pour une fois le public et le privé travaillent en harmonie surcette thématique, et rien que pour cela on devrait aimer Noël !

Quelquesexemples de vitrines représentant les parti-pris des magasins :

1-Noëlà Saint Pétersbourg chez Habitat (2014), vitrine classiquereprenant l'iconographie traditionnelle de cette fête © Le Journaldes Vitrines par Stéphanie Moisan

2-Vitrinesdes galeries Lafayette (2014) reprenant la tradition desinstallations mécaniques © localnomad3& 4-Franck et Fils, La Fôret Magique (2014) vision lyrique etartistique de Noël © Le Journal des Vitrines par Stéphanie Moisan(1)

  1. Un contenu construit par le public

Jusqu'icije ne doute pas de vous avoir convaincu par mon exposé riche etpertinent, mais dans un coin de votre tête une question reste ensuspens, le contenu. Ne s'agit-il pas uniquement de marketing pourvendre les produits de Noël ? Et bien non pas du tout – ou sipeu – les villes sont des institutions à la pointe de la modernitémuséale, en utilisant, inconsciemment certes, la notion deco-construction. Cette notion que l'on voit exploser partout dans lesmusées, consiste à inclure la participation du public dans laconstruction du contenu et/ou de l'exposition. Dans ce cas ce n'estpas la ville qui nous propose le contenu mais bien le spectateur etles grands magasins qui co-construisent main dans la main l'histoirede Noël. Après avoir discrètement écouté les conversations despassants, ce qui ressort lorsqu'ils achètent des cadeaux hors deprix est bien que cette fête était mieux avant !

Lessujets abordés sont très souvent liés aux traditions de cette fête:

  • les bougies sur le sapin, et le sapin qui brûle

  • les oranges et le chocolat chaud pour les enfants

  • les grandes réunions de famille où les adultes dégustaient leurs trois entrées et leurs cinq desserts, de façon bien arrosé

  • les jouets en bois

  • les cadeaux faits main

  • l'assiette mise en plus pour l'invité inconnu

    La Grande Roue, Grand Place de Lille, Crédits : La voix du Nord

  1. Des débouchés professionnels exceptionnels

Devantla montée du chômage, devant la baisse des subventions culturelles,Noël est un terrain à conquérir pour les muséographes que noussommes ! Scénographie, parcours, public cible, graphisme,marketing culturel, parti-pris, etc. sont des mots-clés que nousconnaissons bien ! Il nous revient donc de droit d'offrir unevision innovante sur Noël, en explicitant son histoire mais enprouvant aussi qu'elle peut être autre chose qu'une fêtecommerciale ! Faire aimer Noël, voilà notre mission !

Enplus cela nous permettrait de faire un vernissage thématique :foie gras, huitres, saumon fumé, point vin chaud et j'en passe, sontà mon sens l'argument ultime pour vous convaincre ! Alors quime suit ?

MarionBoistel

1 Cette fabuleuse brioche de Noël juste pour rappel

Gif de Noel, Crédits : petitemimine.centerblog.net