D’après l’exposition « Lesmomies ne mentent jamais », Cap Sciences

Cher lecteur, chère lectrice,

Tu viens de perdre un ancêtre que tuaurais bien aimé garder un peu plus longtemps ? J'ai la solution pour toi !Elle est un peu sanglante, mais très efficace ! Vois-tu, aujourd'hui je vais tedonner la recette pour la garder à tes côtés encore très (très) longtemps ! Etoui, nous allons suivre le processus de momification de la civilisationsud-amérindienne Chinchorro qui a vécu au Chili entre 10 000 et 3 400 ans avantJC (il y a donc fort, fort longtemps).

Pour momifier ton ancêtre tu auras besoin de :

Un ancêtre

De l’eau (une grande carafe, on ne sait jamais dansquel état est le/la mort.e)

Un grand récipient d'eau salée (5 litres, selon lataille du/de la mort.e)

Un désert (ou des charognards, tout dépend du paysageautour de ton lieu d'habitation)

Un couteau (qui coupe vraiment bien)

Une paire de gants (sauf si vraiment, le sang ou lesmaladies ne te posent pas de problèmes)

Un sèche cheveux

5 morceaux de bambou (de la taille des membres du mortde préférence)

De la ficelle

Du fil et une aiguille

De la pâte végétale (un gros pot)

De l'argile

Un bâtonnet type potier

Des pigments (de la couleur que tu préfères, pour les Chinchorrosc'était noir à partir de 6000 avant JC, deux millénaire plus tard c’était rougeet 500 ans plus tard ils choisissaient d’utiliser de la boue)

Une brosse

© Margot Coïc, image d'une momie Chinchorro

Une fois que tu as réuni tout ce matériel, assezhétéroclite certes, nous pouvons passer à la recette :

La première étape est de nettoyer le corps, si tu l'asgardé c'est qu'il n'est pas passé entre les mains d'un croque-mort et on nesait pas trop dans quel état il est, personnellement je te conseillerai dedemander à quelqu'un qui ne connait pas le défunt.e de s'en occuper mais bon (àmoins que tu aies quelques contacts et dans ce cas là : bien joué !).

Ensuite (tiens toi bien), incise (avec délicatesse) lapeau au niveau du cou des poignets et des pieds. Passe tes mains sous la peaudes chevilles et tire la peau d'un coup sec, mais délicat, afin de la retirer,comme un pyjama. La peau humaine est très fragile, il ne s'agirait pas de ladéchirer. Retire ensuite la peau du visage, des pieds et des mains et dépose letout dans ton grand récipient plein d'eau salé, après avoir retiré les cheveux.Range le pour plus tard.

Découpe le bas du ventre, glisse tes mains sous lachaire et les muscles et retire les organes. Selon ton envie, ou ton humeur dumoment, tu peux soit les abandonner dans ton désert, soit les déposer toutautour de ta table d'opération pour décorer (chacun son style, n'est-ce-pas ?).Il te reste tout de même le cerveau, les Chinchorros laissaient le crâne intactcar ils passaient par la jonction entre les vertèbres et le crâne, c'est à cetendroit précis que tu vas inciser la chaire pour récurer le crâne et retirer lecerveau (il ne faudrait pas que ça pourrisse !). On utilise donc le mêmeprocédé que pour la citrouille d'Halloween !

La quatrième étape porte le très sympathique nomsuivant : le démembrement (à toutes les personnes qui ont eu le plaisir dedémembrer des barbies, amusez-vous !) un petit coup de sèche-cheveux au niveaudes articulations, une petite incision pour les nerfs et c'est parti : on tired'un coup sec ! CRAC ! Pour la tête, les bras et les jambes. On abandonne letout dans un désert (ou si vous avez un petit élevage de loups, de tigres ou delions - je ne le dirais pas à Brigitte Bardot promis !), pour que lescharognards mangent la chaire et retrouver dans quelques semaines des os bienpropres et bien blancs !

Entre temps, amuse toi à tisser avec les cheveux unejolie perruque.

Quelques semaines plus tard, récupère ces membres. Ilrisque de manquer quelques phalanges, quelques petits os mais ce n'est pas trèsgrave, ne t'inquiète pas. Assemble-les à nouveau dans l'ordre anatomique (saufsi tu as toujours rêvé de voir ta grand-mère avec des pieds à la place desbras). Attache chaque membre à un morceau de bambou grâce à la ficelle etplante le dernier dans le thorax avec la tête posée dessus. Une fois tonsquelette tout assemblé recouvre le de pâte végétale afin de redonner du volumeau corps.

Comme la pâte végétale c'est super glissant tu peuxsortir la peau de son récipient et la glisser sur le corps à nouveau, avecdélicatesse bien-sûr ! Ces deux dernières étapes permettent de redonner unaspect humain à ton ancêtre parce que jusque-là, avouons-le il n’était pas trèssexy-chocolat.

Tu es prêt.e ? On passe au moment marrant. Avec del'argile crée un masque et utilise ton bâtonnet pour dessiner les traits duvisage (c'est l'occasion de donner à mémé un sourire ravageur !) saupoudreensuite la peau de pigment noir, rouge ou bien de boue, selon la techniqueChinchorro que tu préfères et frotte à l'aide d'une brosse.

Positionne ta perruque sur la tête et recoud lesmorceaux de peau qui se sont déchirés.

Voilà ton ancêtre est magnifique, prêt.e à prendre placesur ton fauteuil préféré pour l'éternité ! Tu peux aussi la sortir lors depiqueniques ou soirées familiales en tous genres en évitant les remarques pastoujours très politiquement correctes ! En tous cas les Chinchorrosn'hésitaient pas à leur demander conseils quelle que soit la situation (genre,si tu devais épouser la voisine ou le voisin).

Après quelques temps ton ancêtre risque d'être un peudéfraîchi, tu peux lui redonner un joli minois grâce à quelques produitscosmétiques spéciaux !

Je n'ai pas encore eu le plaisir de l'essayer sur mesancêtres mais j'espère que ce petit DIY te sera utile le moment venu !

Margot Coïc

Cet article a étéécrit à la suite de l’animation « À la table des Momies ». Merci à lamédiatrice qui m’a tout appris sur la momification Chinchorro et qui a réponduà toutes mes questions pendant l’exposition.

Lien : http://www.cap-sciences.net/au-programme/exposition/les-momies.html

#Momies

#Chinchorro

#Absurde