BonjourCulture adorée,

Jet’écris pour tellement de raisons que je ne suis pas sûre d’avoir la place pourtout dire... Quand je pense Culture je pense à toutes les cultures, toutes lesformes : le cinéma, le théâtre, la musique, la littérature, l’opéra, labande dessinée et bien sûr les musées. Tous les musées, le musée d’art et lemusée de culture scientifique, le musée associatif et la machine institutionnelleparisienne.

Soyonshonnête, en ce moment, c’est pas la fête. A une semaine des élections que tepropose-t-on ? Pas grand-chose… Les candidats ont l’air d’avoir oublié quetoi et tout ton personnel êtes essentiels au fonctionnement de notre société.Ils oublient que tu touches des milliers d’enfants, collégiens et lycéens, quetu fabriques des citoyens. Que sans toi, la France n’est rien. (Enfin, si ça reste un pays, mais c’est plus la France).

Ilest loin le temps où les présidents se démarquaient par leurs politiquesculturelles. Le temps où ils entraient dans l’Histoire en créant de grandsmusées, pour prendre soin de notre patrimoine. C’est comme ça que le CentrePompidou est né pour accueillir nos collections modernes et contemporaines, suivitpar la BnF, caserne d’Ali Baba des livres et des archives, puis le Quai Branlyqui voulait honorer les Arts et Civilisations d’Afrique, d’Asie, d’Océanie etdes Amériques. Grâce à toi, Pompidou, Mitterrand et Chirac ont laissé leurtrace. Grâce à eux, on reconnaissait ton importance, Culture, et tu teretrouvais avec de nouveaux écrins pour présenter notre patrimoine.

Audelà de ces quelques temples monumentaux érigés par les chefs d’Etat, on aaussi vu les médiathèques se multiplier, les cinémas se développer, le nombrede festivals augmenter : c’est tout un réseau culturel qui s’est développépour nourrir notre société. Tu ne témoignais plus uniquement d’un patrimoinematériel réservé aux musées, mais tu devenais actrice du quotidien de chacun(e)et de notre patrimoine futur. Oui, le nôtre, celui qui t’appartient Culture,celui qui appartient à tous les citoyen(nes) et surtout, celui qu’on écrit tousles jours.

Cetémoignage précieux de notre histoire humaine, celui qui nous apprend àressentir, à nous émouvoir, qui nous invite à questionner l’univers qui nousentoure, qui nous apprend aussi à l’accepter et à mieux le connaître. Celui quinous rappelle que nous sommes un ensemble, et que c’est ensemble qu’onavancera. Grâce à toi aussi !

Etoui Culture, ne les laisse pas te sous-estimer ! Tu as bien ce pouvoir là.Malgré nos différences tu nous invites à échanger, tu nous réunis autour de cepatrimoine essentiel, de notre histoire humaine, européenne et internationale. Témoignageprécieux sur lequel ton personnel veille tel un gardien de nuit. Beaucoupl’oublient ce personnel, alors qu’ils devraient lui dire merci : merci deprendre soin de ce témoignage de nos histoires pour que des générations enprofitent, merci de participer à réinventer la culture d’aujourd’hui pourqu’elle devienne celle de demain !

Cespetites fourmis (celles qui se tiennent derrière la billetterie, qui rôdentdans les salles, et qui sont en coulisse, les régisseurs, les médiateurs, lesconservateurs, les muséographes etc.) qui travaillent tout le jour et dormentpeu la nuit, pour nous raconter des histoires extraordinaires, qui nousincitent à redécouvrir nos histoires, notre patrimoine et toutes ces choses quisont partie intégrante de notre culture personnelle et font de nous ce que noussommes. 

Cespetites fourmis qui ont aujourd’hui besoin d’aide.

L’Etatte coupe les vivres, Culture, tel un parent fâché. Et la nouvelle génération,qui ne demande qu’à t’aider, perd petit à petit l’espoir et sa citoyenneté. Enplus de se demander pour qui voter, elle se demande pourquoi ? Tu disparaisdes programmes ! Ça n’augure rien de bon… Toi qui jadis était siimportante, te voilà reléguée au rang des oubliés ! On veut te fairetaire, on t’oublie, mais quelques irréductibles continuent à lutter !

AlorsCulture, embauche nous ! Ensemble on est plus fort(es) !

Onse serrera les coudes, on rappellera aux gens que nous travaillons pour eux etque c’est en ça que tu es importante !

Neme ferme pas la porte au nez, laisse moi entrer, prenons un café, j’ai pleind’idées pour t’aider !

Restonsami(es), brainstormons, trouvons des solutions ! Rappelons à tout unchacun notre importance et lançons la nouvelle fabrique du citoyen ! Inventonsle Théâtre, le Cinéma, l’Opéra, la Littérature, la BD, la Danse, le Musée duXXIème siècle ! Faisons de la Culture un Tiers-Lieu pour tous, ensemble àdeux et à tous !

Jet’attends Culture,

Laisse-moientrer,

Neme claque pas la porte au nez,

Et prenonsun café,

J’aiplein d’idées…

© Margot Coïc

MargotCoïc

#cultures

#avenir

#politique