© A. Erard et O. Caby

Samedi4 Mars. Jour de pluie. Nous avons choisi de visiter le Musée d’HistoireNaturelle de Lille. Lieu étrange baigné dans une atmosphère emprunte denostalgie, sa visite il fait naître chez nous bien des discussions.

Océane [replie son parapluie et s’exclame]: Quel endroit sombre !

Anna [cherchant l’accueil du regard] :Alors, où se trouve l’accueil ?

Océane : Viens voir ! Cette vitrine estutilisée comme boutique ! Il y a deux livres et quelques cartes postales.

Anna : Ah oui … il n’y a pas grand-chose! Bon, quel est le sens de visite ?

Océane : Il n’y a pas vraiment de sens devisite, on peut suivre l’ordre chronologique ? Je veux commencer par voir lesdinosaures.

Anna : Ils sont imposants, tu croisqu’ils sont à l’échelle des dinosaures de l’époque ? C’est assez bien fait…

Océane : C’est dommage qu’ils soient maléclairés.

Anna : Oui, mais ils sont représentés dansleur environnement, à l’époque carbonifère, ils ne se sont pas contentés de lesposer juste là.

Océane : C’est vrai, il y a même unemaquette montrant l’état des sols de cette période mais elle n’est pas trèsclaire.

Anna [se dirigeant vers l’escalier] :Regarde ! Des fossiles, ils sont bien cachés, et ce n’est pas très lumineux.Cet espace n’est pas attrayant, nous sommes les seuls visiteurs à cetendroit-là.

Océane : Il y a quand même un jeu à côté des arbres carbonifères, il permet auxenfants de reconnaître des empreintes d’animaux et des fossiles de plantes. Tu voisle principe du jeu : Les faisceaux lumineux éclairent les animaux du décor, etl’enfant doit les associer avec les fossiles. C’est une sorte de QCM en troisdimensions.

Anna [montant les escaliers] : C’estincroyable, j’ai l’impression d’avoir fait un saut dans le temps, on secroirait dans un cabinet de curiosité du 18ème siècle !

Océane : Oui, avec cette accumulationd’objets on croirait vraiment avoir changé d’époque ! Anna : Encore desfossiles ! Les équipes du musée ont choisi de nous donner les explications dedeux façons :  des cartels ou bien despanneaux au mur. 

© A. Erard et O. Caby

Océane : Oui, il y a des cartels qui sontrécents et d’autres, ces petits-là [montrant des écriteaux jaunis autour d’unevitrine] sont clairement d’un autre âge.

Anna : Comme les fossiles !!

Océane : Le langage utilisé est complexe etje ne suis pas certaine que ces cartels apportent réellement des éléments decompréhension au visiteur.

Anna : D’autant plus que certains cartelssont déchirés, décollés, et d’autres ne sont associés à aucun contenu. Regardece cartel par exemple, il indique un jeu qui consiste à ouvrir des tiroirs pourdécouvrir des informations mais il n’est même pas possible de les ouvrir.  Ce jeu nécessite vraiment une mise à jour…comme beaucoup d’autres éléments. Autrement, les informations sont intéressantespour tous ceux qui veulent acquérir plus de connaissances scientifiques.

Océane : Le regard est attiré au premierabord vers le contenu des vitrines plus que vers les cartels explicatifs.Souvent, le visiteur ne les lit que lorsqu’il veut véritablement en apprendreplus sur les éléments exposés parce qu’ils l’intriguent.

Anna [continuant la visite] : Desaquariums ! Étonnant de tomber sur des poissons vivants juste après être passésdevant des fossiles.

Océane : Ils illustrent le passage de lavie dans la mer à la vie sur terre. Les poissons sont les premières espèces àavoir évolué mais il existe encore des poissons préhistoriques dans lesocéans. 

Anna : Je suppose que nous ne devrionspas être surprises de voir ces crânes conservés en vitrines, puisque nous noustrouvons à un mètre d’un squelette de baleine suspendu au-dessus de nos têtes …

Océane : Regarde : une des vitrinesprésente des crânes humains, c’est une reproduction de ce qui se faisait auXIXe siècle, à l’époque des théories raciales. Sur le cartel il est écrit :“Cette vitrine, ancienne (XIXème s), est conservée au titre de témoignage dethéories idiotes, racistes et dangereuses qui ont pu avoir cours par le passé.”C’est très intéressant de montrer ça au visiteur !

© A. Erard et O. Caby

Anna : J’ai l’impression d’être dans lecabinet du professeur Rogue dans Harry Potter !

Océane : Justement, regarde ces bocauxlà-bas !

Anna : Tiens-toi prête, j’espère que tune crains pas les bestioles conservées dans des bocaux !

Océane : Tout dépend du type d’animauxconservés dans le formol !

Anna [imitant un guide de visite] : Aprèsles poissons en aquarium, vous trouverez sur votre droite de jolis exemplairesde poissons morts conservés dans du formol pour le bien des étudesscientifiques ! Mais ce n’est pas tout, étendez votre regard, et voyez donc cesspécimens de reptiles allant du lézard au serpent, de quoi faire demerveilleuses potions magiques !

Océane : Quelle plongée dans l’ambianced’un cabinet d’étude ! Toutes les prochaines vitrines exposent des animauxempaillés en surnombre ! Redescendons voir ce qui reste à visiter aurez-de-chaussée. 

Anna : Je perçois vaguement desinsectariums, va voir, je crois qu’il y a des mygales ! Regarde celui-ci ! Aton avis, combien y-a-t-il de blattes ? Elles sont toutes les unes sur les autres.

Océane : Au moins ça fait le bonheur desenfants ! Regarde, ils sont tous fascinés par ces insectes !

Anna : Ce qui est sûr c’est que de voirdes serpents ça ne fait pas mon bonheur…

Océane: Pourquoi le musée a-t-il fait le choix de montrer des animaux vivants à côtéde leurs collections d’animaux empaillés ?

Anna : Pour montrer l’évolution de certains animaux ? Rendre le musée attractif? S’adresser à un public large ?

Océane : Ce qui est intéressant c’est lavitrine dans laquelle la taxidermie est expliquée. Elle permet au visiteur decomprendre en quoi cela consistait et pourquoi était-elle si courammentutilisée au cours des siècles derniers.

Anna : Les reconstitutions d’habitatssont assez étonnantes. Voir ces animaux empaillés sous vitrine et surtout dansdes positions improbables, ne rend pas vraiment compte de la réalité. Regardece lièvre, ils l’ont mis dans une posture qui laisse penser qu’à cette allureil risque de se cogner violemment contre la vitre.

© A. Erard et O. Caby

Océane : Au contraire, ces illustrationssont assez réalistes, mais ces scènes en arrêt sur image ont beau êtreprobables elles paraissent étranges ainsi suspendues. Je pense que cesreconstitutions sont surtout adressées à un public plus jeune afin de montrer différentsespaces naturels et les animaux qui les habitent.

Anna : Passons à la salle suivante !

Océane : … étrange, cette salle ne comprendque des vitrines remplies d’oiseaux empaillés !

Anna : Quel est l’intérêt de montrerautant d’espèces et où sont les cartels ? Il y a tellement d’oiseaux etd’informations visuelles que l’on passe très vite devant ces vitrines. Celaserait plus intéressant si certaines espèces avaient été mises en avant.Particulièrement des spécimens rares. Cela attirerait davantage notre regard etchangerait le rythme de la visite.

Océane [passant à la dernière salle] :Cette dernière salle est vraiment plus épurée que les précédentes. Les animauxne sont plus sous vitrines ce qui crée une réelle proximité avec le visiteur.Les explications des cartels sont d’ailleurs plus claires.

Anna : Je ne comprends pas pourquoi ilsont mis un dauphin à côté de toutes ces espèces, c’est le seul animal aquatiquede cette pièce et il est placé sur un socle au même titre que les autres.

Océane : C’est peut-être parce que tout lemonde aime les dauphins ! Mais il n’y a pas véritablement de lien avec le restedes animaux représentés, bien qu’il soit positionné à côté d’une otarie.

Anna : La dernière vitrine crée un beleffet. Bien que les animaux ne fassent pas tous partie du même environnement,l’agencement et le décor rendent la reconstitution intéressante. L’espace esten hauteur, tous les animaux ne sont pas placés sur un même niveau. Nous sommesloin de l’impression d’empilement de la pièce ornithologique malgré le grandnombre d’espèces représentées.

Océane [se dirigeant vers la sortie] : Enreprenant les codes d’exposition des siècles passés, le musée peut parfois êtreoppressant. Cela dit il nous permet de nous rendre compte de ce qu’était lespremiers musées d’histoires naturelles ou cabinets de curiosité. Après ce typede visite il est facile de voir l’évolution muséale qui s’est appliquée dansces structures mais sans doute ce musée va-t-il être modernisé ?

Anna : Effectivement il doit l’être,quitte à restreindre le nombre d’objets ou d’espèces présentées … Actualiserles cartels et les informations écrites permettrait de proposer une expériencede visite plus attractive. Les vitrines renfermant les animaux empaillés sontelles aussi à reconsidérer.

Océane : Cette visite étant réellementintéressante, j’ai l’impression d’avoir fait un voyage dans le temps !

Anna : Et puis c’est sympa de visiter unmusée dont la boutique ne propose pas de peluches banales. Il est assezreprésentatif des anciens musées d’histoire naturelle avec ses vitrinesd’époque.

Océane Caby & Anna Erard#mhnlille#histoirenaturelle


Pour en savoir plus :

Le site du Musée d’histoire naturelle de Lille