Avec 4 millions de visiteurs par an,difficile de profiter comme il se doit de l’intérieur de la cathédrale deStrasbourg. Mais l’équipe du projet « le Défi des bâtisseurs » a pensé à tout en redéfinissant leprincipe même de la visite, grâce à une application mobile gratuite disponiblesur l’Appstore et Google Play qui vous fera découvrir les chefs-d’œuvregothiques de la vallée du Rhin, avec les cathédrales d’Ulm et de Fribourg commepoints de chute remarquables. Cet outil est intégré à un projet transmédiaglobal, comprenant un film en 3D et un web-documentaire toujours autour duthème de la cathédrale et de ses bâtisseurs.

© Inventive Studio

La ville de Strasbourg est la première à bénéficier, de cequi est la première version de l’application. Deux langues sont actuellementdisponibles au téléchargement, le français et l’allemand, bientôt enrichi d’uneversion anglaise. La technologie développée intègre QR code et tag NFCdisséminés dans et aux alentours de la cathédrale, proposant ainsi diverspoints de vue sur l’édifice. Ces différents points d’intérêts, une vingtaine entout, permettent de débloquer des contenus très variés. Nous avons par exempledes vidéos, issues du film qui a été tourné sur la cathédrale dans le cadre dece projet, des zooms sur des détails à peine discernables à l’œil nu grâce à lamodélisation 3D de l’édifice, ainsi que des mini-jeux et des challenges liés auweb-documentaire, autre média intégré à cette expérience globale. C’est grâce àcette enveloppe fictionnelle et ludique que l’utilisateur s’appropriefacilement les informations historiques. Cette application constitue donc unoutil parfait pour devenir incollable sur la cathédrale de Strasbourg. Car ladiversité des éléments proposés ne nous donne pas le temps de nousennuyer  une seconde. Nos yeux sont captivés par la réalité augmentée quinous emmène des différentes places autour de la cathédrale, jusqu’aux salles duMusée de l’Œuvre Notre Dame.

© Inventive Studio

Cette utilisation des nouvelles technologiesrajeunit l’image de l’édifice et plus globalement de la ville. L’applicationest clairement destinée à un public jeune, adepte des nouvelles technologies,visitant ou habitant Strasbourg. A nous la vie de gargouille et de bâtisseur,on nous invite d’ailleurs à poursuivre cette dernière chez soi par le biais duweb-documentaire, où il nous est proposé à l’aide d’experts de construire unedeuxième tour à la cathédrale. Grace à la réalité augmentée, vous pourrezensuite retourner sur place pour visualiser votre création, ainsi que celle desautres utilisateurs sur votre écran. Si vous êtes comme moi, émerveillée durésultat, vous avez la possibilité de voter pour votre tour préférée et de lapartager sur les différents réseaux sociaux.

Au final, nous avons une réalisationsoignée et convaincante malgré les manques affichés par la première version. Eneffet, comme souligné précédemment, la version anglaise n’est pas encoredisponible. De même pour les liens avec les autres lieux remarquables tel Fribourg,qui sont pour le moment bien moins explorés que ceux avec les autres média dece dispositif d’un nouveau genre. Mais des mises à jour sont d’or et déjàprévues pour combler ces manques. En attendant rendez-vous à Strasbourg pourcette visite augmentée.

Anaïs K.