Le thème universel de la migration appliqué au territoire des trois frontières.

En abordant les migrations, les musées s’approprient un thème très présent dans l’actualité. Ceux de Bâle et ses alentours (y compris transfrontaliers) ont fait le choix de montrer comment la thématique a été et est présente sur leur territoire grâce aux archives de la police bâloise des étrangers.

La série d’expositions Magnet Basel traitait de la zone frontalière des trois pays (Suisse, Allemagne, France). Les différentes expositions ont pris place entre avril et octobre 2017 dans quatre lieux suisses et un allemand. Leur lien avec leurs territoires se retrouve dans leurs thèmes : celle sur les jeunes allemandes qui allaient être employées de maison à Bâle était au Musée des trois-frontière à Lörrach (Allemagne). Magnet Basel était donc bien reliée à son territoire, ce qui permettait au public dese sentir plus concerné. Malheureusement elle ne pouvait être comprise que par des germanophones, écartant le public francophone de la zone, faute de traduction.

La carte surle site internet de Magnet Basel montre les lieuxd’expositions par des numéros et les histoires par des trianglesnoirs. (Source : http://www.magnetbasel.ch/)

L’élaborationdes expositions

Le projet a étélancé par les archives du canton de Bâle-ville qui ont choisi des dossiers. La sélection s’est faite au sein du fonds de la policedes étrangers de Bâle (1917-1970), sur des critères d’intérêt et de légalité, les expositions montrent la très grande diversitédes trajectoires de vie de ce fonds. Légalement pour que lesdossiers puissent être présentés toutes les personnes mentionnéesdoivent avoir donné leur accord ou être mortes depuis plus de 10ans. Dans certains dossiers des zones ont été noircies puisqu’ellesne tombent dans aucunes des deux catégories suivantes. Des élémentsplus actuels ne faisant pas partie du fonds d’archive ont égalementété incorporés dans certaines expositions. 

À partir decette volonté et de ces recherches l’exposition a été conçue entièrement en externe (muséographie, scénographie, graphisme) et en collaboration avec des illustrateurs.

Une source,plusieurs approches

Tout l’enjeu est d’exposer les dossiers choisis de manière compréhensible et cohérente. L’articulation des différents dossiers fait sens àd eux niveaux, à l’intérieur de chaque exposition thématique, etles expositions ensemble.

Plusieurs procédés sont utilisés pour exposer les données, avec entrées etdes degrés d’implications divers. Deux manières de faire se distinguent : rassembler pour proposer une vision globale, etexplorer les différentes histoires de vie en voyant chaque dossier séparément.

Au Museum fürWohnkultur (Musée de l’habitat) dans l’exposition« Bewilligt. geduldet.Abgewiesen » (« Accordé. Toléré.Renvoyé »), une manière de faire correspond une salle. Cette exposition englobe toutes les thématiques de Magnet Baselet montre la très grande diversité des histoires présentes dans lefonds d’archive de la police des étrangers, en s’intéressant à comment et pourquoi les étrangers à Bâle ont pu rester ou aucontraire du partir.

La première salle présente chaque dossier et son histoire individuellement. Celles-ci sont illustrées sur des panneaux, disposés tout autour de la salle, qui constituent le premier niveau d’entrée dans l’exposition. Ils accrochent l’œil du visiteur dès son entrée et l’entrainent dans l’histoire grâce à l’illustration. Pour inviter à s’approcher les panneaux commencent avec une accroche,telle que :

« Pourquoila fuite à Bâle de l’apprenti boulanger Arnold Wochenmark et deJohanna Braunschweig, une domestique, malgré tous les soucis mèneen 1945 à une fin heureuse »

On peut vraiment prendre plaisir à lire ces récits mis en lumière par le dessin. La diversité des illustrateurs enrichis beaucoup ce médium en proposant plusieurs visions et sensibilités artistiques. Les objets liés rendent palpables ces histoires, et on peut facilement imaginer qu’ils permettent au jeune public de s’intéresser àl’exposition.  Les visiteurs sont libres d’approfondir, ou non, grâce à la reproduction desdossiers sur une table centrale, et à un rétroprojecteur en libre service pour projeter certains documents des dossiers.

La deuxième salle au contraire rassemble les informations des dossiers, présentées de manière graphique.

 La première salle © S.G.

Un premier panneau avant d’entrer véritablement dans la salle, remet l’exposition dans ses contextes historiques, avec pour chaque type d’événement une couleur. Il met en regard les événements historiques, internationaux, nationaux, locaux et économiques ayanteu un impact sur les migrations entre 1900 et 1970. Pour l’année1968 par exemple sont marqués : en gris pour Bâle les premières femmes au parlement cantonal, et en rose pour l’international le Printemps de Prague.

Un procédé similaire sert à faire apparaître des typologies de documents oumentions dans les dossiers, triées par organisme ayant fourni ledocument. Cela fait apparaître des îlots colorés sur les murs de la salle et éclaire sur le rôle de chaque acteur, tels que l’agence pour le travail, les employeurs, la sécurité sociale, lesconsulats, la police etc.

Au milieu setrouve une table avec des informations complémentaires et une machine à écrire évoquant les bureaux sur lesquels les dossiersont été constitués.

La deuxième salle © S.G.

Exposer lesarchives

L’exposition porte sur l’histoire et les histoires de migrations dans la région,mais à travers ce thème c’est aussi l’institution et lefonctionnement des archives qui sont montrées aux publics.

La scénographie évoque les archives dans l’exposition par le mobilier en enreprenant les codes pour la grande table de consultation de la première salle notamment. Leur matérialité est au centre del’exposition grâce à la vitrine remplie de cartons d’archives qui sert de cloison entre les deux salles d’exposition.

Plus que de simplement voir le visiteur peut expérimenter les archives, les dossiers reproduits sur la grande table de consultation l’invitentà les consulter et à devenir « chercheur ». Cette pratique lui permet de se familiariser avec l’institution, et entant que citoyen d’en comprendre mieux l’utilité.

Pourles germanophones qui souhaiteraient creuser le sujet, le blog des archives de la ville de Bâle a publié une série d’articles su rles recherches autour de l’exposition.http://blog.staatsarchiv-bs.ch/forscherinseln-magnet-basel/

Bethsabée Goudal

#Archives

#Migrations

#3frontières