Le 13 mai, les Audomarois(es) avaient rendez-vous à l’ancien Hôtel de Ville de Saint-Omer pour découvrir la nouvelle exposition présentée par l’Espace 36, association d’art contemporain. « Une œuvre pour vous ! » est la quatrième édition de cette biennale organisée en partenariat avec l’Inventaire, Artothèque des Hauts-de-France. Le principe ? Les visiteurs ont la possibilité d’emprunter des œuvres d’art, puis de les exposer à leur domicile ou sur leur lieu de travail.

Affiche de l’exposition ©Nicolas Lavoye

Ce vernissage célébrait les trente ans d’existence del’Espace 36. Quatre adhérents de l’association ont ouvert leurs portes où étaientexposées des œuvres empruntées à l’Artothèque. Une balade dans la ville deSaint-Omer a conduit des visiteurs à découvrir les intérieurs de ces médiateursd’un jour qui ont présenté leurs coups de cœur. Mais avant de débuter la visite,une petite présentation de l’Espace 36 s’impose.

Depuis 2001, ce centre d’art associatif basé àSaint-Omer a mis en œuvre un projet de création unique dont la base est lesoutien envers la création et la sensibilisation à l’art contemporain. Lesactions majeures développées par l’association sont la conception d’expositionset le soutien à la diffusion de l’art contemporain, ainsi que l’élaborationd’outils de médiation et l’organisation de visites.

Espace36 – Exposition de Marie Hendricks © Benoît Warzée

L’association assume un rôle d’intermédiaire entre lesartistes et les publics grâce à une collaboration et une concertation auprès dedifférents acteurs territoriaux. L’Espace 36 met un point d’honneur àsensibiliser les publics qu’il reçoit dans le cadre de ces expositions. Le butétant de leur apporter des outils de compréhension pour les aider à développerleur réflexion personnelle. Une démarche axée sur la médiation participative,qui consiste à permettre à tout type de visiteur de s’ouvrir à ses propresressentis et sentiments.

A travers ces différents projets, l’association espèreque les participants s’ouvrent à la culture et soient en mesure d’élargir leurraisonnement. La base des relations entre les artistes plasticiens et lespublics repose essentiellement sur l’échange ainsi que l’écoute, et s’efforcede rendre les visiteurs acteurs de leur propre culture.

Atelier-Visite avec le Musée de l’HôtelSandelin © Benoît Warzée

Venons-en à l’Inventaire. Basée à Hellemmes dans lamétropole lilloise, L’Inventaire, Artothèque des Hauts-de-France a été fondéeen 2009. Cette association propose aux habitants de la région un serviceitinérant et solidaire de prêts d’œuvres d’art sur le même principe qu’unebibliothèque. Autrement dit : chacun peut emprunter une à plusieurs œuvresoriginales par mois, qu’il expose ensuite chez lui. Au-delà d’encourager laprésence de l’art au sein de lieux privés et professionnels, cette démarcheaide à favoriser l’appropriation de la création contemporaine auprès desadhérents.

L’InventaireArtothèque ©Clotilde Lacroix

Riche et diverse, la collection de l’Artothèque s’élèveà 1200 œuvres, regroupant estampes, peintures, photographies et sérigraphiesréalisées par de jeunes créateurs, ou des artistes reconnus sur la scènerégionale et nationale, voire internationale. Cette collection s’enrichit aufil des ans par de nouvelles acquisitions, dans le but de valoriser lamultiplicité des techniques artistiques actuelles.

Plus de 10 000 prêts ont été enregistrés depuissa fondation, avec des œuvres qui circulent dans le cadre de projets mis enœuvre avec différents acteurs socio-culturels. D’une part, des expositionsorganisées dans des galeries d’art, et d’autre part des interventionseffectuées au sein d’établissements scolaires. A travers ces actions, cesœuvres voyagent sur le territoire pour aller à la rencontre des publics lesplus larges, et souvent peu adeptes de l’art contemporain.

En complément des institutions muséales et autrescentres régionaux de diffusion, l’Inventaire soulève la question de la place del’œuvre d’art dans la sphère privée, au-delà de la simple notion d’acquisitionou de consommation. Ainsi, les publics touchés nouent une relation approfondieà l’œuvre et posent désormais un regard nouveau sur la création contemporaine. Ense basant sur des valeurs liées à l’économie sociale et solidaire, cettedémarche de transmission amène une réflexion sur la fonctionnalité, et sur lamanière de repenser l’économie dans un principe de développement durable. 

© Clotilde Lacroix

Retour sur cette balade-vernissage, vécue comme uneexpérience originale. Le contact privilégié avec des œuvres d’art figure parmiles objectifs de l’Inventaire, qu’il nomme joliment : « intrusions artistiques ». Aveccette volonté de raviver une mécanique du désir, d’amener des particuliers àentretenir une relation décomplexée avec l’art, et plus spécifiquement, de sefamiliariser à l’art contemporain. « Çapermet de vivre plusieurs semaines avec une œuvre, de la voir différemment,ailleurs que dans un lieu de passage. » indique Ségolène Gabriel,médiatrice culturelle de l’Espace 36¹. Donc,quoi de mieux que de donner l’occasion à des membres de l’association d’exposerdes œuvres à leur domicile et d’en ouvrir les portes à des visiteurs lambdas ?

Visiteurs du Vernissage-Balade ©Joanna Labussière

La force de cette opération participative réside dansle rôle joué par les adhérents qui se sont glissés dans la peau de médiateursle temps d’une après-midi. Un parcours informel en somme, dans une ambiancedétendue, et qui a permis à la plupart de découvrir le patrimoine architecturalaudomarois. Cette démarche rejoint les fondements de l’Espace 36 en termes demédiation, où l’accueil du public ne se résume pas à expliquer les œuvres auxvisiteurs, mais à apporter à ces derniers des clefs de réflexion propre à leursémotions.

C’est ainsi que Thérèse, sculptrice autodidacte, nousa reçu en premier. Son choix s’est porté sur deux sérigraphies réalisées en 1960par Salvador Dalí et inspirées du poème « La Divine Comédie » deDante. D’après elle, ces sérigraphies donnent à voir un autre aspect du travailde Dalí, à l’opposé de ses œuvres surréalistes qui ont fait sa renommée en tantque peintre parmi les plus influents de son siècle.

La Divine Comédie de Dante #1 et #2 ©Inventaire l’Artothèque

S’ensuivit la découverte d’un second appartement où nousont accueillis Virgile et Aurélien, membres du Conseil d’Administration desAmis des Musées de Saint-Omer. La visite débuta avec Virgile qui nous présentasa sélection : une héliogravure de René Magritte datant de 1973. Intitulée« La Folie d’Almayer »,cette œuvre s’inspire du premier roman du même nom de Joseph Conrad, dont lehéros, Almayer, un jeune hollandais au destin tragique qui rêvait de partir àla découverte d’un trésor caché par des pirates. Ancien étudiant en gestion etvalorisation du patrimoine, Virgile a choisi cette gravure qu’il considèrecomme étant la métaphore de notre héritage culturel qui constitue le fondementde nos racines.

« La FolieAlmayer » de René Magritte © Inventaire l’Artothèque

Aurélien lui, a sélectionné deux peintures del’artiste Sylvain Dubrunfaut issues de sa série « Ados 3 » exécutéeen 2012. La première représente un adolescent placé de profil, le visage encapuchonné,et aux traits graves. Aurélien a placé cette toile sur une étagère de sabibliothèque, près de ses romans de vampires qu’il affectionneparticulièrement. Selon lui, l’air assombri du jeune garçon s’accordait avec unsujet angoissant tel que celui des vampires. En parallèle, la seconde peinturea été installée à proximité de photos de familles. Notre hôte estimait quecette œuvre, aux couleurs chaudes et marquées par le sourire de l’adolescentavait davantage sa place auprès des photos de ses proches, synonymes deconvivialité.

Sanstitre, série Ados 3 de Sylvain Dubrunfaut © Inventaire l’Artothèque

Pour conclure, les visiteurs ont achevé leur balade ense rendant à la maison de Florence, écrivaine audomaroise. Au total, ce sontdeux sérigraphies œuvres qu’elle a empruntées auprès de l’Inventaire. L’uneréalisée par Honoré, porte le titre « H2O ». Si Florence a décidé de l’exposerà son domicile, c’est parce qu’elle traite d’une thématique, à savoir leréchauffement climatique, qui lui tient particulièrement à cœur. Un sujetd’actualité qui la concerne personnellement, en lien avec ses problèmes desanté.

CO2 de Honoré © Inventaire l’Artothèque

Dans un tout autre style, la seconde sérigraphiesélectionnée par Florence est signée Gérard Duchêne. Datée de 1990, elles’intitule : « Papier Peint ». Connu pour son emploi des médias imprimés,le style de Duchêne est particulièrement reconnaissable à son travail de lapeinture sur papier qui donne naissance à une écriture illisible, mettant ainsien exergue la matérialité de l’écrit. Accrochée aux murs de sa salle à manger,cette œuvre renvoie aux créations de Florence qu’elle réalise sur destapisseries.

Papier peintde Gérard Duchêne, © Inventaire l’Artothèque

Comme expliqué précédemment : quel est l’intérêtpour l’Espace 36 et l’Inventaire de permettre à leurs adhérents de participer àune opération telle que celle-ci ? La particularité de cette manifestationréside bien au-delà du projet d’exposition en lui-même, et du principe deposséder une œuvre originale pour un temps déterminé. Le but premier neconsistait pas à expliquer ces œuvres via le prisme de l’histoire de l’art, nià imposer un code de lecture définitif. 

Au contraire, l’ambition première deces deux associations est d’une part de faire découvrir des œuvres à travers leregard d’autrui, selon ses émotions, son ressenti et son propre vécu. D’autrepart, leur volonté consiste à permettre à ces emprunteurs d’expérimenter unerelation davantage intime avec l’art, qu’ils soient connaisseurs ou néophytes. Uneapproche totalement différente qui a également permis de connaître cespersonnes sous un angle différent, le tout dans un moment d’échange, d’écouteet de partage.

Vernissage-Balade©Clotilde Lacroix

L’exposition « Une œuvre pour vous ! »est visible jusqu’au 8 juillet 2017 à l’Espace 36, association d’artcontemporain de Saint-Omer. Les modalités d’emprunt sont lessuivantes : 5€d’adhésion à l’Inventaire | Petit format : 10€ par œuvre et par mois, et15€ les deux œuvres parmois | Grand format : 20€ par œuvre et par mois. Penser à se munir d’unepièce d’identité et d’une attestation d’assurance habitation.

Joanna Labussière

#Brèvedestage

#Espace36

#Inventairel’Artothèque

#Artcontemporain

 

Pouren savoir plus sur l’Espace 36 : http://espace36.free.fr/

Plusd’informations sur l’Inventaire, Artothèque des Hauts-de-France : http://linventaire-artotheque.fr/____________________________¹ La Voixdu Nord, A l’Espace 36, empruntez uneœuvre d’art pour chez vous, publié le 12 mai 2017, [en ligne] : http://www.lavoixdunord.fr/161574/article/2017-05-12/l-espace-36-empruntez-une-oeuvre-d-art-pour-chez-vous