C’est bientôt l’imminence, c’est bientôt le début, mais aussi la fin. Je viens de sortir de ma salle de classe, j’y ai passé du temps dans un brouhaha productif et joyeux, plongée dans mes pensées, et j’ai de l’acrylique sur mes doigts. J’ai un peu mal aux pieds d’avoir tant marché. Jeudi c’est le lancement, le lancement d’Appel d’Air, la troisième édition de la biennale d’art contemporain d’Arras qui est organisée par les étudiants de mon master. Son thème cette année est le bouleversement. Sens-dessus-dessous, c’est marqué.

C en’est même pas le projet auquel je suis rattachée, mais l’ensemble de ma promotion est mandée pour en organiser la médiation. Avec ma classe donc, nous sommes tous chamboulés : ça fait depuis début février que l’on a des réunions pour l’organiser, depuis une semaine que l’on a réalisé les prototypes en commençant à rigoler, depuis ce matin que nous nous sentons concernés. Bien entendu, trois d’entre nous se sont déjà bien penchées sur le sujet afin de préparer ces réunions en amont devenant médiatrices entre nous et Annaëlle, Joanna, Margot, Julie & Alice, les chargées de production du projet.

Maisd’abord, qu’est ce que la médiation ? La médiationculturelle, on peut la comprendre depuis celle issue du social :on crée un dialogue. Entre l’œuvre et le visiteur si on veut,entre les visiteurs si on sait. J’ai beau en avoir déjà fait, jen’ai pas la prétention de savoir la faire bien, parce que la médiation, elle l’est toujours elle, en débats, en discussions,il n’y a qu’à voir le cours d’hier, ou bien les anecdotes passionnées de Mathilde. La médiation culturelle n’est pas qu’unentre-deux qui lancerait une discussion, elle est aussi porteuse de relation, porteuse de sens. De sens dessus dessous, s’entend. Elle s’élabore et s’adapte, elle essaye d’anticiper les publics quivont être faces à nous dans un premier temps.

Phase de réflexion sur la signalétique des parcours. © M.C

En somme, nous ne savons pas précisément qui sera là. On ne peut pas cibler le public passant. Alors on invente : et si on pensait àquelque chose qui interpelle sur le sol ? Et si on partait surle bleu dénominateur commun des trois éditions ? Et si on cherchait un jeu que tout le monde connaisse ? Julie prend desnotes sur le tableau.

 

Doncil y a cette interrogation, et puis l’émulation. Chaque groupe seforme assez spontanément, on sort du brouillon et des idées, on metcartes sur tables, on construit son idée et on la propose aux autresà la fin. Bethsabée présente le rythme du parcours qui lie lesœuvres entre elles. En autonomie, nous sommes nous, avec nos moues réflexives, nos idées auto-stoppées, et ce projet qui finit parprendre forme. Nos tables sont regroupées en espaces distincts de travail. Amaury a un tablier et joue du cutter sur le cartonplastifié, Clotilde annote dans du papier, Berivan prépare un pochoir. Chacun se prête au jeu : nos moues de ceux quivoulaient rentrer parce que bon, faim, dissert et compagnie sontquand même les dernières à êtres sorties de la salle parce que attends Maëlle, a t on pensé à ça ?

Élaboration de prototypes. © J.F.

Réalisation des cocottes interpellatrices. © C.D.

Entremêlée à ça, il y a la rencontre avec les œuvres que l’on va devoir présenter. Et derrière ces œuvres, les artistes. En début d’année lors des résidences, certaines d’entre nous ont accepté d’enloger alors que nous découvrions nous-mêmes Arras. Eloïse a dormi sur son matelas gonflable, il y avait quatre artistes qui dormaient chez Justine. Ces personnes, qui viennent des écoles d’art de Cambrai, de Bruxelles ou même du Mans, sont donc venues en octobredécouvrir la ville, le postulat de l’édition d’Appel d’Air,pour ensuite construire leurs pièces. Et puis ce matin, certains étaient là pour nous présenter leur travail, en lien avec ceparti-pris : bouleverser Arras et recréer un lien social entretrois quartiers d’une ville fragmentée par une grande ligne ferroviaire, étalée dans la longueur. Cette longueur que nous vivons nous mêmes au quotidien: Julia vit trop loin, et je croise souvent Coralie qui attend son bus.

Je ne vous dirai rien ce soir sur les artistes et sur les œuvres contemporaines qui seront exposées. Bah non, ça serait trop facile. À vous aussi de venir un peu : c’est à Arras du 16 au 18 c’est bleu, c’est entre 11 et 18 heures, c’est dans les rues. Allez un indice : mon premier est sphérique, mon second se tortille, mon troisième se déverse un peu partout dans le monde. Et puis dedans, on y trouve des ponts entre les lieux importants de laville, la participation des habitants et l’invitation à broder.C’est trouble ? C’est tentant ? C’est vendredi !

La médiation, on l’élabore en fonction du lieu où l’on sera.C’est pourquoi aujourd’hui nous avons marché, beaucoup, pouraller d’un point à l’autre et imaginer ce que seront lesvisites. Charlène a vérifié, ce matin on avait fait un peu plus de six kilomètres à travers toute la ville sans avoir fini. C’est uncorps à corps avec la ville à ce stade, on imagine comment lesœuvres se présenteront, une fois leur montage terminé demain soir.On se rend compte des éventuelles questions qui pourront être posées, alors on cherche un peu, on retourne la future visite dans tous les sens. Louison porte les plans que l’on fournira aux visiteurs, parce que oui, penser la médiation, c’est aussi penser l’organisation.

Réalisation des pochoirs de signalétique © C.D.

Ponctuation du parcours. © A.L.

Là je suis fatiguée, je suis un peu inquiète. Qu’aurons-nous à direaux visiteurs ? Ah bah non, attends, me souffle Charlotte, tu sauras quoi dire, il s’agit de créer le dialogue. Alors bien sûr tu n’auras pas rien à dire à tes interlocuteurs, mais le but n’est pas de leur faire un cours magistral, le but reste de les titiller. Et si le débat doit durer trois jours, de vendredi à dimanche, tu sauras le tenir, car on a pensé, ensemble, à tout cequi était en notre pouvoir.

Resteles impondérables sur lesquels on n’a pas de prise, comme lamétéo. Le temps qui a l’air de tourner au froid, juste quand onfera de la médiation en extérieur, cool. Emeline sera identifiableà coup sûr avec son écharpe bleue qui recouvre son manteau enhiver. Ce qui est rassurant c’est qu’on ne le fera pas pour rien,car dans la médiation, réside de l’engagement. Bon d’accordrester dans le froid pour créer un dialogue ça n’est pas non plusêtre un militant, mais c’est quand même le signe d’une volontéde questionner la ville, son sens, sa création, les personnes qui yvivent. Redonner la parole, le geste aux habitants, qu’ilss’approprient, qu’ils prennent conscience que leur ville, cen’est pas que de de la brique et des voies de circulation, mais que leur ville, ça commence par leur environnement du quotidien, àl’espace dans lequel ils évoluent.

Je conclus, parce qu’il faut que je travaille sur autre chose : nous sommes encore étudiants, ne l’oublions pas, nous avonsd’autres travaux à réaliser. Donc face à nous, qui aurons-nous ?Il y aura l’étudiant en musicologie de la fac de l’universitéd’Artois qui aura vu l’affiche d’Appel d’Air sur l’amphi K,et qui se sera dit ah bah ouais grave, il y aura la grand-mère quirentre chez elle et qui tombe sur de la broderie sur les murs et quisera intriguée, il y aura le maçon qui pensait faire son marché tranquille, et qui verra de loin des hurluberlus se balader avec desbulles de bande dessinée et qui voudrait savoir ce qu’elles auront à dire. Et vous, qu’aurez-vous à nous révéler ?

Coline Cabouret. 

#Appeld’Air

#Médiation

#Sens-dessus-dessous

Pour en savoir plus: http://www.biennale-appeldair.fr/