La BD au musée

Le Musée en Herbe, situé à Paris, privilégie depuis 40 ans la rencontre entre l’art et les enfants en prenant soin d’aborder les expositions avec humour tout en alliant l’art au jeu. De février à décembre 2016, le musée prouve encore une fois cette dynamique en présentant dessins, sculptures et peintures de Philippe Geluck avec l’exposition L’Art et le Chat.Né le 22 mars 1983 dans les pages du journal Le Soir, Geluck et son Chat acquièrent rapidement un grand succès entre publications, albums et expositions.

L’entrée du 9e art au musée

Depuispeu, la bande dessinée s’impose dans les musées et les expositions qui lui sontconsacrées sont en plein boom. De Nicolas de Crécy au Quartier, le centre d’artcontemporain de Quimper aux installations de Blutch, Winshluss et Blanquet à laFerme du Buisson, la scène nationale de Marne-La-Vallée, en passant parl’intervention de Zep, le père de Titeuf au Palais des Beaux-Arts de Lille, le9e art envahit les musées. Et ce n’est pas terminé puisque Hergé sera mis àl’honneur en septembre au Grand Palais. Les musées misent sur la bande dessinéepour  attirer un nouveau public. Et celafonctionne, le Palais des Beaux-Arts de Lille avait attiré en 2015, 80 000visiteurs dont 70% étant des primo-visiteurs[1]lors de l’Open Museum interDuck. Uncollectif de peintres allemands parodiait des œuvres célèbres de bande dessinéeaméricaine en y ajoutant des têtes de canard : une statue de Toutankhamondevenant ainsi Duckankhamon.

Lacollaboration entre Geluck et le Musée en Herbe participe à cet enthousiasmepour l’entrée de la bande dessinée dans les lieux institutionnels. La volontéd’attirer un public nouveau mais surtout de faire aimer l’univers muséal auxenfants semble être l’objectif principal de l’exposition. Le tête-à-tête entrebande dessinée et Art, ne fait alors que commencer !

Lechat joue au critique d’art

       L’art et Le Chatpropose tout au long du parcours, un face à face entre lespensées humoristiques du Chat de Geluck et les œuvres de grands nomstels que Pierre Soulages, Pablo Picasso, Andy Warhol, Jeff Koons ou encoreJean-Michel Basquiat. Pour Geluck, il est question de rendre hommage à cesartistes tout en portant une réflexion sur l’Art. 

À gauche une œuvrede l’artiste César, à droite la « Salade César » de Geluck. © TorreLaurence

Unetrentaine de chefs d’œuvre de l’antiquité à aujourd’hui et mêlant tous lesstyles sont alors confrontés au regard critique et à l’humour du Chat. Ainsinous rencontrons un Chat qui « réfléchit », une « SaladeCésar » ou la vision du cubisme par le Chat. Chaque œuvre possède sonpendant signé Geluck et un clin d’œil humoristique nous rappelle même leplafond de la Chapelle Sixtine. 

©Torre Laurence

L’art et le Chat est une exposition qui nous meten confiance avec l’art, elle nous permet de l’appréhender avec humour et offrede nouvelles clés de lecture des œuvres. 

 « De 3 à 103 ans »

L’exposition vise un public large et,comme le Musée en Herbe voit large, il considère les personnes de 3 à 103ans ! Les premiers visiteurs ciblés sont les enfants, les œuvres del’exposition sont d’ailleurs accrochées à 90 centimètres en général afin d’êtreà leur hauteur.

Lesœuvres sont alors plus facilement visibles pour les tout-petits, tout enévitant les reflets. En plus d’un programme d’activités complet destiné auxenfants, un carnet de jeu de piste est offert à l’entrée. Il est proposé endeux niveaux de difficultés différents : pour les chats et les chatons. La difficulté des questions s’adapte alors à l’âge del’enfant puisque le livret chaton estdestiné à ceux ne sachant pas encore lire. À la fin du parcours, une fois lesénigmes autour du Chat et des œuvres résolues, un chocolat à l’effigie du matouest alors offert à l’enfant comme récompense. Des jeux, en rapport avec lesœuvres, sont également mis à disposition sur le parcours comme par exemple descubes devant un tableau de Picasso. Ainsi, tous les éléments sont regroupésafin que la rencontre entre l’art et les enfants soit la plus positive etinteractive possible.Maiscette exposition plaît autant aux adultes puisque l’humour de Geluck ne laissepersonne insensible. Jeux de mot et clins d’œil entre les œuvres nous poussentà réfléchir et à redécouvrir l’art à travers un regard différent. Desmédiateurs sont également présents sur l’ensemble du parcours afin de donnerquelques clefs de compréhension et d’échanger avec les visiteurs sur les senscachés des œuvres et autres plaisanteries de la part de Geluck. 

© Torre Laurence

Il n’estd’ailleurs pas rare d’entendre des rires dans le musée et ce jusque dans lestoilettes… Mais je ne vous en dis pas plus et vous laisse aller découvrirl’exposition, ouverte jusque décembre 2016.

C.B.

Pouren savoir plus :

http://www.geluck.com/

http://museeenherbe.com/

#Le Chat # Geluck # Musée en Herbe


[1]Potet Frédéric, Au musée, la BD enébullition, 15 avril 2016, LeMonde [en ligne] http://www.lemonde.fr/arts/visuel/2016/04/15/la-bd-entre-au-musee_4903162_1655012.html