Dans le Calvados, en Normandie, les propositions culturelles et artistiques sont essentiellement traditionnelles. La période médiévale et les Vikings, Guillaume Le Conquérant, les Impressionnistes et l’histoire du débarquement durant la Seconde Guerre Mondiale en sont les principales thématiques. Bien que la région affirme son désir de développer et d’élargir les propositions artistiques, il n’est pas toujours évident de trouver des expositions se détachant de cette mémoire locale, ni même de l’art contemporain ailleurs qu’au FRAC Basse-Normandie, à l’Artothèque ou encore aux écoles des Beaux-Arts de Caen et de Cherbourg.

En cherchant des centres culturels sur la ville de Caen, j’ai découvert le collectif de La Centrifugeuz. Basée dans un collège abandonné d’un quartier populaire et prêté par la ville de Caen, cette association indépendante veut proposer des événements artistiques et sociaux, notamment à destination des habitants de proximité. Son objectif est la diffusion de créations contemporaines, et particulièrement non-institutionnalisées, tout en proposant des activités sociales alternatives(repas partagés, ateliers de jardinage et développement durable). Le collectif est à l’écoute de ses visiteurs, des artistes et des réalités locales. 

Ainsi, les créations urbaines sont favorisées dans la programmation dulieu (ateliers, expositions ou encore spectacles) afin de présenter des artistes émergeants ou déjà reconnus dans le milieu. Et bien qu’exposer pour faire connaître, mieux comprendre et faire accepter aux plus réticents le street art sont devenus des enjeux récurrents ces dernières années pour beaucoup de structures,aucune ne s’était démarquée jusqu’à maintenant dans la région. La Centrifuguez est donc une singularité dans le paysage bas-normand.

Son nom, par son originalité et sa signification, interpelle et marque les esprits : une centrifugeuse est un extracteur de jus ou en laboratoire, un instrument pour séparant des substances, par un mouvement très rapide. Le mot« centrifugeuse » évoque donc la vitesse et la séparation. Le nom du collectif est porteur de sens : on extrait d’un contexte des éléments (graff par exemple) pour mieux les distinguer et les mettre en valeur, mais surtout la culture urbaine se définit par sa rapidité d’exécution, que ce soit en danse,en graff comme en rap. Et justement cette dernière est au cœur des projets. Pour toutes ces raisons, ma curiosité était éveillée : je devais visiter ce lieu !

Entre abandon et seconde vie, entre la nostalgie et la création, les bâtiments tagués deviennent galerie à ciel ouvert où il est amusant de déambuler pour reconnaître certaines signatures et réfléchir aux mantras graffés ici ou là. Je croise un jeune couple venu se balader, un monsieur qui semble passionné et quelques jeunes au sweat tachés de peinture. Les gens discutent entre eux,partagent des lieux qu’ils connaissent pour découvrir des fresques taguées et les structures d’autres régions promouvant l’art urbain. J’arrive finalement dans une petite exposition consacrée à un voyage au Nicaragua du street artist caennais Oré. 

Jalonnant le paysage urbain depuis ma tendre enfance, par ses serpents à plumes reconnaissables et ses signatures monumentales, Oré est certainement le premier artiste que j’ai régulièrement suivi, recherché et qui m’a fait apprécier le street art.  Mais revenons-en à son exposition. En plus des photographies des réalisations du graffeur en Amérique centrale, étaient présentées des peintures sur toile ainsi que des petits objets inspirés de ces paysages. Pour une confrontation inspirante, des toiles d’artistes du Nicaragua sont exposées. 

Le style typique présenté permet de mieux s’imprégner des traditions, du style de vie et des couleurs des paysages. La découverte est entière. Une installation vidéo diffuse un chant d’oiseaux. Tout est fait pour que les visiteurs prennent le temps d’observer calmement et réfléchir aux propositions. Et les agréments ne s’arrêtent pas là ! C’est Oré lui-même qui accueille individuellement les visiteurs en expliquant sa démarche, les œuvres présentées et répond à toutes les questions. Disponible et attentif, il enrichit encore la découverte.

Affiche de l'exposition "Rêves de Solentiname"

Bien que d’un premier abord sobre et circonscrive, l’exposition devient finalement une mine de surprises. Et le street art n’est pas dénaturé ni décontextualisé, encore moins institutionnalisé telle une nouvelle merveille du monde. Il est exposé comme support de réflexion, comme outil de partage et découverte pour créer la curiosité et donner envie d’en découvrir davantage sur le Nicaragua, comme sur les créations d’Oré. Il continue d’appartenir à tous et de questionner l’environnement.

Finalement,je repars de La Centrifugeuz l’esprit éveillé et satisfait, les yeux brillants de plaisir. C’est sûr, je reviendrai !

Chloé Maury

#Normandie#StreetArt

#Centrifugeuz

#Oré

#Nicaragua