Au milieu de l’obscurité la Scène impressionne…salle de spectacles et de conférences, reliée à la nef transparente et lumineuse du Louvre-Lens, elle appelleau prolongement des sens par l’univers des arts vivants qui en cette soirée hivernale du mois de marsa présenté Three Spells de Damien Jalet.


Hall de La ScèneCrédits : L'Art de Muser

Au milieu de l’obscurité la Scène impressionne…salle de spectacles et de conférences, reliée à la nef transparente et lumineuse du Louvre-Lens, elle appelleau prolongement des sens par l’univers des arts vivants  qui en cette soirée hivernale du mois de marsa présenté Three Spells de Damien Jalet.

Levisiteur, accueilli dans un hall jonché d’une mosaïque de fleurs (œuvrecontemporaine réalisée par l’artiste Yayoi Kusama), pourra se laisseragréablement surprendre. La  compositiondévoile boutons, feuilles et fleurs centrées par de grands yeux ouverts sur lemonde…qui ce soir là offrait la danse …

Three spells est le fruit d’unecollaboration entre Damien Jalet, Alexandra Gilbert, Sidi Larbi Cherkaoui et lemusicien Christian Fenez.

Cetriptyque de courtes pièces met en scène la puissance fougueuse et sensuelle duduo Damien Jalet et Alexandra  Gilbert.

Entrespiritualité et surréalisme, les chorégraphies, telles des rites, oscillententre animalité et infinie douceur.


Venus in fursCrédits : Arnold Groeschel

Venus in furs a été chorégraphié parDamien Jalet pour Alexandra Gilbert. Superbe métamorphose d’un corps sousl’effet d’une mue donnant naissance à une femme rejetant sa part animale. Dansl’espace neutre magnifié par une lumière discrète, une acoustique musicaleenvoûtante, le chant des deux interprètes surgit au final comme un cri.


Crédits : Arnold Groeschel

Akeko s’ouvre également dans un espaceson lumière tout aussi discret et dévoile le corps d’une gitane cachée sous uneimpressionnante chevelure noire. Sa danse évolue dans la manipulation de cettechevelure qui devient comme porteuse de sa propre gestuelle. Sous cette extrêmefluidité, des éléments de l’univers folklorique des balkans et mythes japonaisont inspiré cette nouvelle de Pouchkine chorégraphiée par la complicité de SidiLarbi Chearkaoui et Damien Jalet. L’histoire évoque un exilé russe qui en proie à sa passion va tuer sa propre femme.Damien Jalet exulte une magnifique et toute puissante interprétation.


Crédits : Arnold Groeschel

Venari clôt ce triptyque. Rituel de lachasse à courre, le mythe grec d’Actéon. Chasseur transformé par la déesseArthémise et les études de Georges Bataille sur la peinture pariétale ont étéles sources de ce solo. Pause du geste comme un silence et éclat du corps dansl’espace s’alternent subtilement pour donner vie à la mort…Sublime DamienJalet ! et merveilleuse approche du Louvre Lens…

Isabelle Capitani