aferblanterie, lieu de création indépendant, est un endroit atypique où secôtoient plasticiens, musiciens et performeurs dans une ambiance familiale. Celieu, trop peu connu à mon goût, regroupe 35 ateliers d'artistes ainsi qu'unhall d'exposition dans un hangar aménagé au fil du temps par ceux qu'on nommeamicalement les « ferblanteux ».

Ceweek-end du 4 octobre, se déroulaient les portes ouvertes, sous le titre de « Bazardons ».Trois jours durant lesquels cuisine, musique, danse, échange et partageétaient les maîtres mots. A l'honneur, le thème de l'immigration et de lasolidarité.

Al'entrée du hangar, un accueil particulièrement chaleureux m'attend. Un prix libreest mis en place afin d'aider les artistes qui joueront toute la nuit ainsi queles migrants. S'ensuit un décor complètement dingue, dans l'esprit brocante.Une multitude de fauteuils sont installés au plaisir d'y voir s'y plonger lesspectateurs.

Plusieursateliers cohabitent, celui de Magali Dulain attire particulièrement monattention. Accrochés un peu partout, des dessins aux traits enfantins et auxcouleurs vives, s'animent sous les guirlandes lumineuses. Desmélanges d'aquarelles et de feutres et une poésie à tout épreuve. Je rentredans son atelier et me sens alors complètement imprégnée de cette candeur. Unbeau voyage inattendu.


© Magali Dulain 

Déambulantun verre de Mojito à la main (commandé dans un bar improvisé dans un desateliers), je tombe sur une friperie, puis sur une piste de danse au détour delaquelle je croise quelques étrangers avec lesquels je pratique monanglais :

« -I'm hungry, do you know if there is something to eat around ? »

Euh, yes, ithink there is....euh....there is a kitchen, you can...take...everything youwant...it's free »

Aprèsavoir fait le tour des ateliers, les lumières s'éteignent et une batterieraisonne dans le hangar. Une voix puissante se réveille et transforme le lieuen un véritable club de Jazz américain. Old chaps, groupe lillois de swing,envoie un groove d'enfer. La chanteuse, véritable réincarnation d'Amy Winehouseest transcendante. Enchaînement de morceaux très jazzy et de quelques instantsde hip-hop : de savoureux mélanges sont créés par une belle équipe.


© crédit photo: Alain Epaillard

Sila ferblanterie semble être un lieu épicurien, il reste avant tout un lieud'art et d'actions culturelles : depuis quelques semaines, le collectif organisede multiples ateliers artistiques et intervient dans la jungle de Calais ainsiqu'auprès des migrants installés au Parc des Ollieux (plusieurs mineurs dormentsous des tentes depuis 4 mois). Les artistes se mobilisent tous et sontréellement touchés par ces problématiques. Les portes ouvertes étaient unepremière action, invitant les gens à déposer des vêtements ou des denréesalimentaires. Etant moi même touchée par ces phénomènes de société qui dessinentnotre Région, il me semblait nécessaire de montrer que la solidarité etl'action se déroulent différemment et en dehors de ce que l'on pense et que l'Art,reste un moyen de partage, d'ouverture et d'entraide.


© crédit photo: La ferblanterie

Loinde l'image inaccessible de l'Art, les artistes de La ferblanterie prônent unart conscient et conscientisé, sans se prendre au sérieux. On retrouve iciquelques uns des vrais acteurs lillois, de vrais passionnés loin desmondanités.

Unebelle et grande famille qui donne envie de s'y plonger.

MW#solidarité#migrants