L’exposition La Nuit qui setient jusqu’au 03 novembre 2014 au Muséum National d’Histoire Naturelle à Parisvous a déjà été présentée sur ceblog en août 2014 (Cliquez ici !). Ce précédent article  a été l’une de mes motivations pour aller voircette exposition : traverser des forêts peuplées d’animaux avant derencontrer les monstres qui hantaient les nuits de mon enfance, beauprogramme ! Mais La Nuit estplus qu’une déambulation au sein d’un parcours muséographique. Tous nos sens semettent en éveil grâce aux dispositifs de médiation qui nous sont proposés.

L’exposition se trouve en rez-de-chaussée et plus nous descendons lesmarches, plus nous avançons dans la pénombre de la nuit noire. Ce choix scénographiqueapparait évidemment de circonstance, mais il est plus qu’un simple écho autitre de l’exposition. L’obscurité nous happe et met directement nos sens enalerte : nos yeux sont forcés de s’habituer à cet éclairage particulier,nous acceptons de nous plonger dans l’obscurité.

Dès la première partie de l’exposition notre toucher est sollicité :c’est une météorite qui s’offre à nos doigts. Difficile de voir à quoi elleressemble précisément mais nous découvrons vite deux ressentis différents. Unepartie est lisse, l’autre plus granuleuse. Ces expériences tactiles nous serontproposées à plusieurs reprises au sein du parcours muséographique, notammentlorsque nous traverserons la nature sauvage. Le toucher nous permet ainsi desavoir quel animal nous avons en face de nous ou, au contraire, celui que noussuivons à la trace.

Nos autres sens sont sollicités à des moments précis de l’exposition dansdes maisonnettes nous proposant plusieurs expériences. Nous sommes ainsitotalement immergés dans la nuit : ce que l’on voit, les sons que l’on entend,les odeurs qui nous parviennent. Le goût n’est pas évoqué ? Qu’à cela netienne, d’autres expériences si coutumières aux animaux nous attendent pournous dérouter.


Dispositif de vision thermique - © Albc

L’intérêt de ces dispositifs est aussi qu’ils nous permettent de nousglisser un instant dans la peau d’un animal. Si pour nous un paysage estquasiment noir, en regardant à travers trois lunettes nous voyons que lesperceptions du chat, du rat ou de la chouette sont toutes différentes. De même,la partie sur le sixième sens nous permet d’essayer de nous repérer comme leserpent le fait grâce à la vision thermique. Vous ne verrez plus les amis quivous accompagnent à cette exposition de la même façon ! 

Et bien entendu nous pouvons mettre à l’épreuve nos propre sens :vous n’entendrez peut-être jamais plus un papillon d’une façon aussiaudible ! Vous saurez désormais de quelles fleurs proviennent les odeursqui nous montent au nez quand on se promène dans la nuit.


Dispositif utilisant l'odorat - © Albc

Tous les sens en éveil, nous explorons avec plaisir et curiosité ce monded’obscurité, prêts à nous émerveiller, à être étonnés par cet univers parfoiseffrayant. L’esprit alerte et disponible nous appréhendons la nuit d’un pointde vue scientifique et ludique. Chacun se laisse porter par cette exposition oùl’on apprend sans s’en rendre compte.

Comme l’écrit un visiteur dans le livre d’or : « Une expo qui ne nuit pas ! »

Aénora Le Belleguic-Chassagne

Pour en savoir plus :

 - Lien vers le site internet de l'exposition

- Découvrez l'exposition au Forum départemental des Sciences de Villeneuve D'Ascq à partir d'avril 2015

#sciences

#expériences#sens