Les célébrités … Un milieu qui fait tant rêver. Autant de strass etde paillettes, que vous pouvez admirer au Musée Grévin à Paris … Stop ! Sion reformulait cette introduction pour les personnes non ou mal voyantes ça donneraitplutôt ça :Les célébrités … Un milieu qui fait tant rêver. Autant destrass et de paillettes, que vous pouvez TOUCHER au  Musée Grévin à Paris. 


©Buisson Alizée   

Et si on visitait le musée Grévin ? 

« Toucher », un mot qui fait peurlorsqu’il est associé au monde muséal ! Certes des questions de sécuritéet de conservation sont sous-jacentes mais un non ou mal voyant n’aurait-il pasle droit de visiter un musée ?

Dans le cas du musée Grévin, rien n’indique sur lesite internet de l’institution si ce type de public est pris en compte ou non.Il faut donc téléphoner ou se rendre sur place afin d’être informé que ce muséeest accessible pour ces personnes. Ce renseignement pris, la visite peutcommencer !

Et si on écoutait ?

Avant d’accéderaux statues, le visiteur est invité à rentrer dans « Le palais dumirage » pour un son et lumière invitant au voyage et à la rêverie !Bien que les personnes non ou mal voyantes ne puissent pas profiter pleinementdu spectacle,  ils peuvent écouter la musiqueet par celle-ci s’immerger dans les diverses ambiances proposées. En effet, lamusique qui est assez forte et prenante comporte des bruits d’animauxpermettant de comprendre et d’imaginer les divers paysages dépeints. Ainsi, l’absencede l’un des cinq sens n’est pas gênant pour vivre cette expérience, cespectacle de son et lumière. 


©Buisson Alizée 

Et si on touchait ?

Par la suite,les salles présentant les sculptures de cire dans un décor ne semblaient pas, à priori, être un outil de médiationpour ce public spécifique. Cependant, ces personnes sont autorisées à toucherles sculptures. Ainsi, une personne ayant eu cet handicap au cours de sa vie,qui a donc déjà pu visualiser les célébrités,  peut grâce au toucher deviner les personnagesreprésentés. En revanche, on pourrait se demander l’utilité de ce sens si lapersonne n’a jamais vu les célébrités ? Alors, le but de la visite dumusée Grévin serait de pouvoir modéliser, pouvoir poser des courbes sur unevoix, un nom. On peut noter une limite à cette ponctuelle autorisation car lesstatues de cire restent assez fragiles. Les mal ou non voyants ne doivent pastoucher les yeux qui sont de véritables prothèses oculaires et doivent faireattention au niveau du visage car ce dernier est maquillé à la peinture àl’huile.  Le verbe adéquat serait doncplus « effleurer » que « toucher ». De plus, certainessculptures sont inaccessibles puisqu’elles sont mises à l’écart du visiteur parun cordon.

Et si on sentait ?

Outre lesstatues, le toucher et l’odorat sont mis en avant dans la partie explicativesur la réalisation des statues de cire. En effet, des mains faites de diversesmatières à reconnaitre sont présentées, avec au dessus un bouton à actionnerafin de sentir l’odeur de la cire chaude. De même, des rouleaux composés dedifférents tissus peuvent être palpés. Cependant, les réponses ou même lesexplications ne sont pas écrites en braille tout comme les cartels associés auxstatues de cire, ou encore les cartels indiquant les accessoires que levisiteur peut utiliser. Par ailleurs, de nombreux objets sont présentés sousvitrine et certaines vidéos sont projetées sans son ce qui réduit considérablementl’accès aux informations pour ce type de public. 


©Buisson Alizée

Malgréquelques outils de médiation adaptés aux mal et non voyants, une visite, seul,ne pourrait pas être envisageable ne serait-ce que pour pouvoir suivre le« sens de la visite ». Mais accompagné, le musée Grévin reste uneinstitution accessible à ce handicap et applique la gratuité envers lespersonnes handicapées.

Alizée Buisson

Musée Grévin

10 boulevard Montmartre

75009 Paris

Du lundi au vendredi : 10h00 – 18h30

Samedis et dimanches : 10h00 – 19h00