De nos jours les nouvellestechnologies prennent de l’ampleur et participent de plus en plus à lamédiation des musées. Elles servent à favoriser l’ouverture de ces lieux à unplus large public ainsi qu’à faciliter la compréhension de certaines œuvres ouexpositions. C’est une nouvelle forme de participation publique permettant deréduire la distance entre les visions dites ‘‘expertes’’ et celles dites‘‘profanes’’.

En effet, les Smartphones, tablettes tactiles ou autres sontdevenus des outils de la vie quotidienne, ils sont pratiqués et utilisés detous avec une grande facilité. Les faire participer dans les musées a pour butde favoriser la compréhension générale en transformant un public uniforme etindifférencié en un public composite et pluriel capable de s’informer et deréaliser sa propre analyse des œuvres. Impliquer le public dans les musées estl’une des principales envies et recherches des futures médiations.

L’un de ces outils est de plus en plus visible dans notrequotidien ainsi que dans les institutions culturelles. Cet outil est le QR-codeou plus communément appelé flashcode. C’est lors de ma visite de l’exposition « Roulez, carrosses » au muséedes Beaux-Arts d’Arras que j’ai pu remarquer qu’une grande majorité des sallesen possèdent.

Un flashcode est un code barre en 2D permettant grâce à untéléphone équipé d’un lecteur ‘‘code QR’’ de lire son contenu ouvrant alors unlien sur l’appareil (informations, explications, vidéos, etc.).

La lecture des codesdans l’exposition nous envoie à chaque fois, grâce au lien, à une vidéo commentée qui explique le contenu de lasalle où l’on se trouve mais aussi des explications sur lesdifférentes œuvres qui y sont présentées. Il peut y avoir plusieurs dans lamême salle si plusieurs espaces y sont proposés comme dans la salle 1 où l’ondécouvre la ville d’Arras à travers le temps mais aussi les débuts et lanaissance des carrosses.

        Au fur et à mesure de la visite, les flashcodes nous apportent descontenus extérieurs et supplémentaires qui enrichissent l’exposition et nousaident à mieux se l’approprier et la comprendre. Ils la rendent abordable etinteractive ce qui donne une nouvelle vision des œuvres et des sallesprésentées au public. On peut ainsi découvrir les débuts de la ville d’Arras,l’histoire des carrosses de leur ‘‘naissance’’ en passant par les différentesfonctions qu’ils peuvent avoir, de leurs différentes formes liées aux époqueset nouvelles techniques de construction mais aussi en nous permettant de voirl’intérieur de ceux-ci.

Les flashcodes offrent unavantage au musée, en effet, en rattachant les œuvres aux médias numériques,une infinité de possibilités s’ouvre … Cela peut servir à intégrer la genèsed’une œuvre ou même y apporter un contenu supplémentaire de l’artiste grâce àdes liens ouvrant sur des interviews, des vidéos (comme lors de l’exposition Roulez, carrosses) mais aussi àdes textes ou même des liens vers d’autres œuvres ou artistes ou expositionscréant un dialogue, un échange. Les visites deviennent alors plus vivantes,plus ludiques (pour les enfants et surtout les adolescents) mais aussi plusaccessibles.

M.G.L