Filmer pour partager des momentsde vie, avec un téléphone portable ou une caméra à main, est un moyend’expression et de partage familier. Mais filmer au sein d’un musée est uneliberté nouvelle.

Grâce au concours d’une professeure de terminale et de l’équipe du Palais des Beaux-Arts deLille, toujours prête pour de nouvelles aventures, nous avons proposé à deslycéens de participer à une expérience-test. Il s’agissait d’accompagner les élèvespour imaginer un petit synopsis, écrire un scénario puis filmer leur histoireau P.B.A. puis d’organiser une visite de repérages auPalais des Beaux-Arts.


©D.R . PBA

Au lycée, lors d’un atelier, nous avons travaillé nos imaginations, acquis des techniques d’écriturefilmique, puisé dans nos souvenirs, nos émotions, noscultures, pour faire naître des idées, suivant ce que nous inspirait le Palais des Beaux-Arts. Puis,nous avons dramatisé nos idées, nous les avons mises en scène à l'écrit, afind’en faire de courts récits. Enfin, les participants volontaires, nousont raconté le début de leurs histoires de musée. De la danse contemporainepour traduire les émotions, jusqu’aux parties de cache-cache destinées à fairevivre les espaces, en passant par les parents qui perdent leurs enfants dansles galeries.

Le jour des repérages au P.B.A.,toute la classe est là. Les jeunes visiteurs promènent leur regard sur le Palais des Beaux-Artscomme s’ils le découvraient. Ils mesurent toute la majesté du bâtimentnéo-classique, les perspectives, les enfilades, la magistrale rotonde...

Glissant dans les galeries, ils effectuentméthodiquement leur repérage, évaluant les sources de lumière, déterminantleurs cadres, enregistrant les bruits… Sans complexes, nos réalisateurs prennent des poses, plissent les yeux, pour mieux imaginer. Ilstestent sur leurs portables le rendu des formes, des volumes, des matières etdes couleurs, discutent des émotions qu’elles traduisent et qui racontent un fragmentde leur aventure.


©M.R.

Nous manquons de temps, lalumière faiblit trop vite en ce mois de janvier. « Il y a trop de choses àvoir ! » Les équipes décident revenir pour tourner en plein jour. Alors,profitant des quelques minutes restantes, avant la fermeture, les cinéastes s’abandonnentenfin à l’atmosphère du musée. A pas feutrés, ils s’assoient sur un banc, côteà côte, s’allongent dans les escaliers de la rotonde, se fondent dans le décorpour mieux le contempler.

Créer uneaventure avec l’institution les a conduits à développer de nouveaux liens. Cejour-là le musée, devenu source d’inspiration, leur a offert un rôle decréateur, d’acteur de leur relation avec lui et avec ses collections, lepremier rôle.


©M.R.

Murielle Richez 

 En savoir plus :

 Festival Musées (em)portables http://www.museumexperts.com/musees_em_portables/presentation/

Pour participer à celui de cette année : http://www.museumexperts.com/musees_em_portables/inscrire/Films:

« Aux hommes de demain », Inti-Julian Espinosa Franco, Musée de la résistanceet de la déportation de Besançon. Premier prix 2012. https://www.youtube.com/watch?v=d94gnWARl1M

« Seconde Vie » Georges Petit & Romain Vuillermet, au Musée desautomates, La Rochelle. Prix de l’humour 2014. https://www.youtube.com/watch?v=pIkGlxE3rYo

+ sur http://www.museumexperts.com/musees_em_portables/video/

#médiation#jeune#portable