Tapis de jeu de l'oie géant en l'honneur de M. Cognacq et Mme. Jay ©Emeline Larroudé

 

L’Enfancedes Lumièresse présente comme la nouvelle fable du musée Cognacq-Jay. Cette« expopour s’éveiller à l’art »s’est installée sous les combles de la structure du 12 avril au 29juillet 2018. Paris Musées en est l’initiateur, soucieux departiciper à l’éducation du jeune public et d’aller à sarencontre. Pour ce faire, cet établissement public a entrepris decréer une série d’expositions qui leur sont adressées. Destinéesà l’itinérance, elles entendent présenter des thèmes en lienavec les musées et institutions dans lesquels elles s’implantent.Ces parcours, conçus pour les enfants de 7 à 11 ans, sont confiésau commissariat d’Anne Stephan. Muséographe chargée des projets de médiation, elle s’emploie vivement à coordonner ces initiatives avec l’aide des équipes de Paris Musées et desstructures d’accueil elles-mêmes. Fruit d’échanges entre multiples acteurs, L’Enfance des Lumièresveut avant tout répondre aux attentes d’un public trop souvent délaissé.

Al’instar des enfants du XVIIIe siècle, explorons l’exposition à travers les personnages des fables de La Fontaine,auteur du XVIIe, qui ont bercé les enfants du siècle suivant.

Salle d'exposition et modules ©Emeline Larroudé

LaCigale et le Musée

« Nuitet jour à tout venant, Je chantais, ne vous déplaise. »- LaCigale et la Fourmi,Jean de La Fontaine

Le5e étage du musée Cognacq-Jay reçoit gratuitement toutes les cigales qui s’y présentent. A l’accueil du musée les attend un dépliant présentant l’exposition en cours. Des lutrins à destination des plus petits font écho à l’Enfance des Lumières en indiquant les œuvres qu’elle emprunte au parcours des collections permanentes. D’un pas léger, elle a alors l’occasion de s’aventurer paisiblement sous la magnifique charpente des combles après (ou serait-ce avant ?) avoi rarpenté les niveaux précédents. Qu’y trouve-t-elle ? De quoi se repaître de ses plaisirs simples tout en empruntant subtilement à la fourmi pour s’approprier du contenu. Comment ? En s’adonnant à toutes les activités proposées par chacun descinq modules en place ainsi que par les trois tablettes numériques à disposition. Le champ des possibles est large et varié : de la comptine à chanter au selfie sous fond de tableau de paysage XVIIIepour satisfaire toutes les grenouilles et les corbeaux, en passan tpar de multiples dispositifs interactifs et ludiques. Le tout est articulé autour d’un jeu de l’oie géant en l’honneur de M.Cognacq-Jay. Quelle respiration au sein d’une balade muséale pour le reste très classique et contemplative, passive ! Un jardin de relaxation et de confort pour la cigale en quête de bon temps. 

Recomposition de visages enfantins issus de tableaux ©Emeline Larroudé

LeLion et les Lumières

« Ona souvent besoin d’un plus petit que soi. »- LeLion et le Rat,Jean de La Fontaine

Duplaisir, oui, mais qui passe par l’apprentissage et la connaissance. L’exposition aborde le XVIIIe siècle etle regard intéressé qu’il a posé sur le premier âge de la vie,durant lequel toute forme d’éducation est possible pour quel ’enfant devienne un bon citoyen et plus seulement un bon sujet. Ilest alors considéré pour lui-même, comme un être doué de sensations, de sentiments, et non comme un adulte miniature. Faisantsuite à une introduction sur cette enfance du XVIIIe etsa perception, quatre séquences distinctes, représentées par desmodules, permettent de traiter tour à tour les rapports à lafamille, à l’éducation, au jeu et à la santé. Chaque séquenceest illustrée par une œuvre présente dans le parcours permanent.Celle-ci est ensuite déclinée en œuvre tactile en relief, rendant accessible l’exposition aux personnes en situation de handicap visuel. Cela constitue cependant également une porte d’entrées upplémentaire au contenu pour tout un chacun, en mettant à profit le plus de sens possible pour cette découverte du temps passé. De réguliers échos sont également établis entre ce que connaîtl’enfant du XXIe, et ce qui préexistait trois siècles auparavant pour ses ancêtres à son âge. Ces rapports entre passé et présent sont bienvenus dans la mesure où ils tendent à rendrel’information moins abstraite et apportent du concret. Le visiteurse base sur sa propre expérience pour s’approprier celle de l’autre.

Activité proposée dans le dernier tiroir du module éducation ©Emeline Larroudé

LeRenard et les Modules

« Ettoi, Renard, a pris ce que l’on te demande. »- LeLoup plaidant contre le Renard par devant le Singe,Jean de La Fontaine

De grands livrets illustrés, à l’image de livres géants, approfondissent chacune des thématiques en six pages à feuilleter. Si la lecture rappelle une implication classique du visiteur qui s’en remet aux cartels, elle est essentielle. Cet incontournable se complète cependant par une mise en action systématique. Les renardssont invités à recourir à leur logique pour réaliser les nombreuxpuzzles présentés afin de reconstituer le tableau emblématique dechaque partie. Par ailleurs, une vitrine comparative les invite àfaire le lien entre ce qui relève du familier et ce qui relève presque de l’inconnu. Ces dispositifs font place dans les différents tiroirs des modules, dont les derniers permettent l’expérimentation et la pratique en proposant de s’approprier des outils, objets ou costumes. Les sens, autant que l’intuition etla logique, sont vivement sollicités. Aussi, ces activités peuventvoire nécessitent, pour certaines, de s’envisager à plusieurs. Lamise en action n’est plus solitaire mais collective, ce qui participe à l’enrichissement de cette exposition pleine d’aventures. 

 

Vitrine comparative du module jeu ©Emeline Larroudé

Commen tmieux impliquer le visiteur, d’autant plus lorsqu’il est avide d’interactivité et d’expériences, qu’en le rendant acteur ? L’Enfance des Lumières, initiatrice d’une série d’expositions lancée par Paris Musées, répond parfaitement aux attentes probablement insoupçonnées d’un public auquel peu s’adressent. Une multiplicité d’accès à l’informations’offre à lui afin qu’il saisisse et s’approprie le contenud’une exposition riche par le ou les biais qui lui conviennent.Tout comme le XVIIIe siècle s’est intéressé àl’enfant et son développement en lui consacrant une place nouvelle, cette initiative se place en digne successeuse de cesconsidérations en en faisant l’interlocuteur principal. De même,si le jeu s’est avéré être un élément constitutif dudéveloppement de l’enfant au siècle des Lumières, il est ici mis en exergue. Cohérence et pertinence se mêlent avec brio pour transmettre un message tout en exploitant le plus de sens possible. 

 

EmelineLarroudé

#enfants  

#jeunepublic

#jeu 

Pour en savoir plus :

http://www.museecognacqjay.paris.fr/fr/les-expositions/lenfance-des-lumieres

https://www.facebook.com/museecj/

http://www.parismusees.paris.fr/fr/expositions