De la petite Taupe qui voulait savoir qui lui avait fait sur latête…  © Lire au havre

Le 26 mars 2015 s’est tenu à la Citédes Sciences un séminaire de muséologie : « Quoi de neuf du côté desenfants ? » L’intervention de Valérie Thieffry, responsable duservice Politique des publics et actions éducatives au Museum d’histoirenaturelle de Lille portait sur l’exposition imaginée à partir du livre« De la petite Taupe qui voulait savoir qui lui avait fait sur latête… ». Cette exposition permet aux enfants d’appréhender seuls le proposet met à leur disposition un espace de lecture. Durant son intervention ValérieThieffry a dit cette petite phrase qui a fait tilt: « C’est une exposition dans laquelle les enfants reviennent car ilssavent que c’est leur espace. »

Qu’est-ce qui fait qu’une exposition,qu’une muséographie, qu’une scénographie, nous font ressentir que c’est notreespace ? Qu’est-ce qui peut ainsi donner envie au visiteur de retournerdans un musée ou une exposition simplement parce qu’il s’y sent bien ?Sans doute que cela varie selon chacun, question de luminosité, d’agencement dessalles, de présence de fenêtres ou d’assises, d’espace entre les différentséléments …

Il y a quelques mois, j’ai visité unmusée et je me suis dit que je m’y sentais bien… Après avoir visité un grandnombre d’expositions, après avoir arpenté plusieurs musées, où j’aime me rendrepour le plaisir, c’est celui-ci qui m’a réellement frappée, où je me suisdit : « C’est mon espace ».

Ce musée se trouve en Bretagne, c’estle Musée des Beaux-arts de Quimper. 

Façade du Musée des Beaux-arts de Quimper© Musée des Beaux-arts de Quimper

 

On reproche souvent aux musées desBeaux-arts de n’être pensés que pour les œuvres et en aucun cas pour levisiteur. Mais ici les deux ont leur place, ce n’est pas qu’un lieu deconservation, c’est un lieu de diffusion, d’éducation et de délectation.

C’est un musée à l’architecturemultiple : de la pierre, des bois de teintes variées, des espacesmodernes, d’autres anciens, du gris, du blanc, ocre… Contre toute attente,cette diversité n’empêche pas la création d’un espace unifié dans lequel œuvreset visiteurs se sentent à l’aise. Des vues sur les différents espaces du muséeont été créées, laissant ainsi de larges perspectives et une approcheglobalisante de cette variété. De larges ouvertures viennent ponctuer leparcours de visite, permettant au visiteur de respirer, de faire le plein deluminosité avant d’entrer dans une salle moins éclairée pour des raisons deconservation préventive.

Plus que le confort du visiteur, leMusée des Beaux-arts de Quimper cherche à stimuler l’amateur

d’art, à lequestionner, quel que soit son âge. Des espaces sont ainsi dédiés durant leparcours pour que chacun puisse prendre le temps, prendre son temps, dans lemusée, auprès des œuvres.

Dans les expositions temporaires ilest possible de trouver des espaces de lecture, comme si l’exposition s’étaitconstruite autour d’un salon. Une table avec quelques ouvrages, quatrefauteuils, deux petites étagères : un mobilier qui s’intègre parfaitementà la scénographie en place. Le visiteur est invité à prendre un livre ets’installer confortablement à la lumière du jour. Ce type d’espace n’est pasunique dans le musée. Dans la salle Lemordant, une table et quatre siègespermettent aux familles de se retrouver confortablement, un peu comme à lamaison. 

Salle Lemordant au Musée des Beaux-arts de Quimper © Bretagne Musées

Tout au long du parcours permanent, levisiteur enfant trouve des points de médiation qui lui sont destinés : desjeux pour l’aider à regarder certains tableaux. Ainsi, même si les parentsn’achètent pas le livret d’aide à la visite, le jeune visiteur est accompagné.Une salle entière lui est même réservée. Les expositions temporaires y trouventleurs déclinaisons en manips et autres activités pour que l’enfant – et les adultesqui sont ravis de se prêter au jeu – puisse jouer à partir des œuvres qu’il avues. Cela lui permet de repartir avec un souvenir s’il ne l’expose pas avecceux des autres artistes venus avant lui.

Ce sont ces espaces de convivialitéqui m’ont plu. Ce sont ces lieux destinés au repos, à la discussion, à lacontemplation qui m’ont permis de rythmer ma visite et d’en profiter aumaximum, sans culpabiliser de faire des pauses. Et je crois que ce sont aussices invitations qui m’ont permis d’avoir avec les personnes m’accompagnant desdiscussions riches sur les œuvres qui nous entouraient ou que nous avionscroisées.

Et vous, quel est le musée qui vousoffre votre espace ?

 

Aénora LeBelleguic-Chassagne

A consulter : - http://www.mbaq.fr/

-         http://mhn.lille.fr/cms/home/activites/La-petite-taupe

   (Expositionjusqu’au 31 mai 2015)

# Beaux-arts# Confort# Visite