Il faudrait déjà expliquer cequ’est un muséographe. Vaste question traitée par des experts du sujet1.Pour simplifier l’on pourrait dire que le muséographe conçoit l’exposition enaccord avec le commanditaire (contenus, publics, conservation, …) et coordonnebien souvent les différentes équipes en charge de la production. Muséographe ouexpographe ? Le débat est aujourd’hui encore ouvert.

1-Couverture de la plaquette de communication Voyagez avec Matisse © C.R.

Cet article n’a pas la prétentionde donner une définition claire de ce que devrait être mon métier, mais plutôtde montrer que les compétences acquises à travers ma formation et mesexpériences peuvent m’amener sur d’autres chemins que celui de l’exposition. Actuellementje travaille majoritairement sur deux projets, la création d’un outil demédiation numérique pour le Musée Matisse du Cateau-Cambrésis - encollaboration avec deux entreprises régionales - et la création d’un coffret detrois ouvrages augmentés sur Amedeo Modigliani pour les éditions invenit2.Ces deux missions, ne consistent pas à concevoir et produire une expositionmais de manière plus large des projets culturels. Peut-on alors penser que jesuis une jeune muséographe ?

Être muséographe, c’est d’abordêtre curieux. Il est essentiel de s’intéresser à tous les sujets :sciences, ethnographies, société, … et parfois même Histoire de l’Art lorsquele poste de muséographe ne se confond pas avec celui de conservateur. A cettecuriosité s’allie une grande rigueur scientifique, et une capacité à vulgariser3le contenu. Il vaut mieux apprécier les journées de lectures, le travail avecdes spécialistes et la longue recherche du mot le plus approprié. Ce sontexactement ces compétences qu’il m’a fallu mettre en place pour ces deuxprojets.  Je passe de longues heures enbibliothèque, j’échange avec des conservatrices spécialistes du sujet et tentede décrire en quelques lignes des concepts qui pourraient être un sujet dethèse ! Dans le cadre de Voyagezavec Matisse, nous avons avec l’équipe muséographique4, créé unconcept innovant à partir de nos connaissances du sujet. N’est-ce pas la basedu travail de muséographe ? 

2 - ColetteNys-Mazure, Valloton, le Soleil ni la mort, collection ekphrasis © éditionsinvenit

Être muséographe c’est également êtreextrêmement rigoureux et organisé. La gestion de projet est une partessentielle de notre travail. Organigramme, rétroplanning, budget, protocole devalidation, convention, contrat de cession, … sont autant d’outilsindispensables. Il vaut mieux maitriser Excell, Indesign et MindMap. Ces outilsétant utilisés par l’ensemble des acteurs du projet il est essentiel qu’ilssoient compris et utilisables par tous. La coordination commanditaire, conseilscientifiques, scénographe et direction de production mis en place pour uneexposition, offre bien des similitdes avec la gestion de tout projet culturel.

Pour chaque expérience et quelleque soit la structure (associative, municipale ou entreprise) mes « intitulésde poste » n’ont jamais été muséographe, mais plutôt chargée de missions,chargée de projet, ou encore assistante chef de projet. Cependant à aucuninstant je n’ai eu l’impression de pas exercé le travail de muséographe, et dene pas mettre en application les compétences acquises dans le cadre de monmaster. Ma polyvalence semble s’être élargie et à un an de la fin de mesétudes, cela me rassure de pouvoir postuler à des postes de types différents dansle milieu culturel.

Aujourd’hui il me semble déjàsavoir que je n’exercerai pas le même poste toute ma vie, je serai peut-êtreexpographe un jour, ou alors je mettrai mes compétences en gestion de projet auservice d’un autre domaine que la culture, qui sait ?

Marion Boistel

# muséographe

#futur

#vie professionnelle

1 -

2 - Les éditions invenit ontdéveloppé une collection nommée ekphrasis, autour d’une œuvre d’art une carteblanche est offerte à un écrivain. La collection Récits d’Objets possède quantà elle dans le rabat du livre, un lien vers une application permettantd’accéder à différents contenus : modélisation 3D, comparaisons avecd’autres œuvres et brèves explications, entretiens avec les auteurs et/ou lescommissaires d’exposition. Le projet de coffret, développé dans la collectionEkphrasis mêle ces deux concepts.

3 - Terme au final peu approprié,qu’on pourrait remplacer par « rendre accessible à tous », mais ils’agit ici d’un autre débat …

4 -  Remarquez qu’on parle biend’équipe muséographique !