Depuis2014 je participe tous les ans à l'Underfest, un festival culturel qui proposed'assister à des concerts et des projections de courts métrages dans des lieuxinhabituels.

Underfest 2014, The Delano Orchestra © Clermontoise de Projection Underground

Édition 2014, Julien Estival © Clermontoise de Projection Underground

Tousles Clermontois le savent, la butte de la vieille ville est trouée de caves,formant un formidable labyrinthe souterrain. Grâce à la Clermontoise deProjection Underground, ces caves accueillent musique et cinéma le tempsd'une soirée au début de l'été.

Pourparticiper, il faut s'inscrire via la page Facebook de l'organisation. Le jourmême de l'évènement, on reçoit une heure et un point de rendez-vous, ainsiqu'une liste d'équipements nécessaires, gants, vêtements chauds et résistants,lampe frontale, … Quelques heures plus tard, les participants se regroupent àl'heure et au lieu dit, nous sommes une quinzaine, parfois près de trente maispas plus, il faut rester discret …

Lasoirée débute par un concert, joué par un groupe ou un artiste clermontois, j'ai eu la chance d'assister auxperformances de Morgane Imbeaud et Guillaume Bongiraud, The Delano Orchestra,Julien Estival ou encore The Arberdeeners cette année. Petite cave exiguë ouimmense espace vide, éclairé à la bougie, l'effet est saisissant, l'ambianceintimiste.

En2015, les concerts étaient remplacés par une rencontre avec un.e chefclermontois.e et une dégustation. Les chefs ont cuisiné devant nous, tout enprésentant leurs produits et parfois partageant leurs recettes. Chipsviolettes, panacotta à l'agar-agar, tourte aux orties, des mets originaux maissurtout délicieux. Le nombre d'assiettes étant restreint, tout le monde partageet discute avec son voisin.

Édition 2015. Tourte aux orties, fleur de mauve et tomatesanciennes.

Après le concert/la dégustation, petite pause exploration,tout seul ou en petit groupe, tout le monde s'éparpille lampe de poche aupoing. Certaines caves semblent ne jamais se finir, les salles voutées et lesescaliers se succèdent, s'enfonçant toujours plus sous la terre. La premièreannée, alors que nous étions réunis dans un cave près de la place de laVictoire, accompagnés de l'organisateur de l'évènement, nous nous sommesaventurés plus loin. Nous avons tous rampé dans une petite ouverture à traversune porte à moitié défoncée communicant avec la cave d'à côté. Encore quelquesmètres plus bas et nous étions sous la place de la Victoire. Surprise, on peuty voir les restes d'un aqueduc, datant probablement de l'antiquité tardive oudu haut Moyen Âge.

Chaque soir, la projection propose plusieurs courts métragesautour d'un thème choisi. Lors de ma première participation au festival, tousles courts métrages traitaient de l'Urbex.Ce fut une sacrée découverte pour moi et depuis cette soirée je regarde laville différemment, rêvant moi aussi de m'introduire dans les réserves d'ungrand musée parisien ou d'explorer une friche industrielle. Cet été, j'ai puvoir La Jetée, réalisé par Chris Marker en 1962. S'agit-il d'un clind’œil au centre de documentation du même nom dédié au festival du court métragede Clermont-Ferrand ?

Édition2016, The Aberdeeners. Onaperçoit les photographies derrière le groupe. ©Clermontoise de Projection Underground

Lescaves ne sont pas l'unique terrain de jeu de la Clermontoise de ProjectionUnderground. Le festival s'est introduit plusieurs fois dans un bâtiment entravaux sur une des rues les plus passantes de Clermont-Ferrand. Alors le soir,il ne faut pas trop s'approcher des vitres avec nos lampes, pour ne pas attirerl'attention. Dans ce bâtiment, un photographe a installé ses créations, desportraits noir et blanc, imprimés en grands formats. Quiconque s'introduit dansle bâtiment peut venir les contempler, aussi longtemps qu'il le souhaite et àn'importe quelle heure, ce musée n'a pas d'horaires ...

L'illégalitédu festival signifie que chacun engage sa propre responsabilité, pasd'assurance pour les blessés ! À chaque festivalier de faire attention làoù il marche et à se conduire de façon responsable.

Quelquesheures plus tard, les festivaliers émergent, les vêtements souvent salis par lapoussière ou la boue, suffocant dans leurs vêtements trop chauds pour la saisonmais comblés.

L'Underfestallie culture et exploration urbaine, festival gratuit, il se veut accessible àtous (enfin, ceux qui connaissent!), avec une forte dimension locale,promouvant des artistes de Clermont-Ferrand et faisant écho au festival ducourt métrage. Pour les participants, c'est l'occasion de découvrir des espacesauxquels ils n'ont pas accès en temps normal et d'assister à des évènementsculturels dans des lieux insolites, dans une ambiance chaleureuse et détendue.L'enjeu est de s'approprier l'espace urbain et de jouer avec, de sortir laculture des musées ou des salles de concert.

Facebook de la Clermontoise de Projection Underground

Clémence L.

#urbex #arts#cinéma#concert#culturealternative