© La Liberté guidant le peuple - Eugène Delacroix

Bonjour et bienvenue à tous pour ce nouveau débatpolitique inédit et sans précédent. Merci d’être avec nous en ce jeudi 20 avril2017, exactement trois jours avant le premier tour des électionsprésidentielles. Les onze candidats à la présidence ayant peu débattu lors desdeux débats télévisés du sujet, pourtant si essentiel, de la culture, l’heureest venue aujourd’hui de développer les idées de chacun !

ATTENTION : Nous vous informons que ce débat est undébat fictif, qui n’a donc pas réellement eu lieu entre ces candidats (ou alorsloin des yeux attentifs des caméras). Il repose néanmoins sur une analyseprécise des programmes de chacun.

Commençons sans plus attendre, les candidats ont touspris place et notre première question est la suivante : en matière d’éducation culturelle, quelles sont vospropositions ?

Marine LE PEN : Étantla candidate la plus haute dans les sondages jusqu’à présent, je me permets decommencer… Avant tout, la culture que je souhaite soutenir et valoriser dansmes actions est bien entendu la culture française. Avec ses valeurs ettraditions, la France possède un patrimoine culturel qu’il ne faut pasnégliger. Et qu’est ce qui reflète plus la France si ce n’est sa langue. C’estpourquoi, je m’engage fermement à défendre notre belle langue à traversplusieurs mesures essentielles : les cours de français devront représenter lamoitié du programme scolaire de primaire. Il faut tout bonnement supprimer“l’enseignement des langues et culture d’origine” (ELCO) qui n’a pas sa placedans les programmes scolaires et nous allons abroger la loi Fioraso qui vise àrestreindre l’enseignement en français dans nos universités !

Jean LASSALLE : VoyonsMadame Le Pen, je ne suis pas du tout d’accord ! Mes chers concitoyens, jepense justement qu’il faut coopérer avec les écoles étrangères, surtout enterme d’éducation culturelle voyons !

François FILLON : Alorspermettez-moi de vous dire que je pense qu’une meilleure articulation desenseignements est nécessaire. C’est-à-dire que des cours tels quel’enseignement culturel et autres cours d’histoire de l’art doivent d’abordêtre en lien avec l’histoire en générale. Non ?

Jean-Luc MÉLENCHON : Mais c’est pas du tout ça le fond du problème, vous n’y êtes pas dutout. Ce qu’il faut avant tout c’est un renouveau de l’éducation artistique àl’école ! Les amis, qu’elle devienne une priorité de la maternelle à la faculté!

Benoît HAMON : Jepartage l’avis de Monsieur Mélenchon et c’est pourquoi je propose un “Grand planpour la culture à l’école” !

Jean-Luc MÉLENCHON : Oui enfin c’est la même idée que moi sauf que vous y avez ajouté untitre plus pompeux…

Nicolas DUPONT-AIGNAN : Pourune fois, je suis bien d’accord avec la gauche tiens. Il faut permettre à tousces élèves de faire au moins une œuvre artistique de leur scolarité ! Aprèss’ils en ont assez de l’art, ils passeront à autre chose.

Marine LE PEN : Messieurs, s’ils veulent continuer, moi je propose : un grand plannational de création de filières des métiers d’art, aussi bien au lycée qu’enuniversité et ainsi nous implantons un réseau national d’artistes dont nouspourrons être fiers.

Jean-Luc MÉLENCHON : Peut-être Madame Le Pen, mais il faut surtout que l’enseignementsupérieur artistique soit un service public national ! Et je pense égalementqu’il faut créer des jumelages entre les établissements scolaires et lesétablissement culturels, voila !

Jacques CHEMINADE : En parlant de jumelages, il faut aussi une coopération des centres deloisirs et des écoles avec les conservatoires et orchestres… On n’a pas encoredit un mot sur la musique, le plus bel art de tous…

Marine LE PEN : Dans mon programme je propose qu’il y ait une véritable éducationmusicale à l’école, contrairement à ce qu’on peut avoir aujourd’hui… Oui lamusique est aussi importante pour le Front National.

Jean-Luc MÉLENCHON : Mais il faut réussir à intéresser les jeunes voyons ! Ce que je proposeest le développement d’une filière numérique, j’adore les jeux vidéos c’est un “magique instrument de formation et de culture”, et puis vous devez toussûrement avoir entendu parler de mon hologramme… [Jean-Luc Mélenchon fait un clin d’œilà la caméra]

Jacques CHEMINADE :  Faites attention à vospropositions Monsieur Mélenchon, les jeux vidéos sont responsables d’un bon nombrede violences ! Et je souhaite voir interdits tous les jeux vidéos jugés tropviolents pour nos adolescents…

Nous : MonsieurMacron, nous ne vous avons pas encore entendu, quelles sont vos propositionsconcernant l’éducation et la culture ?

Emmanuel MACRON : Moi, lorsque je serai président j’assurerai un accès aux éducationsculturelles et artistiques à tous les enfants. De plus, je dédierai unedotation spéciale pour des projets éducatifs, culturels et touristiques pourvaloriser le patrimoine. Et toc, d’une pierre deux coups. En marche vers unprésident jeune et swag !

Nous remarquons donc que François Asselineau, PhilippePoutou et Nathalie Arthaud restent sur la touche pour cette première questionet c’est bien dommage… Peut-être se rattraperont-ils par la suite! Nous lesattendons au tournant. Passons donc à notre deuxième question sur la démocratisation culturelle : quelle estla première mesure que vous souhaiteriez mettre en place afin de rendre laculture accessible au plus grand nombre ?

Philippe POUTOU : Ilfaut abroger la loi Hadopi !

Nicolas DUPONT-AIGNAN : Alors ça je suis bien d’accord !

Marine LE PEN : Etbien moi aussi tiens ! Au nom de la liberté publique, bien entendu ! Ilfaudrait même ouvrir le chantier de la licence globale !

François FILLON : Maisn’importe quoi : cette loi, mise en place sous Sarkozy et plus exactement sousle gouvernement FrançoisFillon 2, donc moi, ne peut être supprimée, c’est ridicule ! Par contre, jepropose que les horaires des établissements culturels soient élargis. Laculture ne passe pas par le téléchargement illégal, mais en allant dans leslieux de culture mesdames et messieurs !

Emmanuel MACRON : Alors oui, je suis d’accord, Monsieur Fillion, letéléchargement c’est mal. C’est pourquoi l'émergence d’un “Netflix européen”sera une aubaine pour notre culture européenne, nos films et nos séries ! Maisnéanmoins, je pense aussi que les établissements comme les bibliothèquesdevraient bel et bien être ouverts le soir et le dimanche !

Jean-Luc MÉLENCHON : C’est bien beau tout ça mais une médiathèque en ligne permettraitégalement une nette démocratisation de la culture…

Jacques CHEMINADE :  Non, non, non, je suis absolumentcontre ce monde des images et des écrans ! Vivons dans le monde réel !

Jean-Luc MÉLENCHON : Il n’y a rien de mal contre les écrans Monsieur Cheminade ! Bon mis àpart quand il s’agit de publicité car je suis contre cette invasion de lapublicité dans notre société c’est pourquoi je vais faire interdire les écransde publicités numériques. Voilà.

Emmanuel MACRON : Bon, revenons à des choses concrètes. Si je suis élu,je mettrais en place un pass culturel de 500 euros pour les jeunes de 18 ans.Ce pass sera européen !

François ASSELINEAU : Dansma version, je voyais plus cela sous forme de chèque culture amélioré quiserait en fait plus accessible….

Nicolas DUPONT-AIGNAN : Alors qu’avec moi ce serait plus sous forme de “ticket découverteculturelle” pour tout le monde à partir de 16 ans…

Benoît HAMON :  Tout le monde propose la même chose,j’aimerais quant à moi instaurer la journée “rue libre pour la culture” pendantlaquelle les acteurs de la culture devront construire avec les habitant desprojets hors-les-murs.

Jean LASSALLE : Citoyens, citoyennes, moi, je préfère une grande fête de la philosophie,des sports et de l’engagement !

Jacques CHEMINADE : Ça serait d’ailleurs bien de rétablir le sport de proximité. Je dis çacomme ça… Bon qu’est-ce qu’on fait pour renforcer la francophonie hein ? Jevous le demande !

Benoît HAMON : Alorsça, ça va être vite réglé puisque je propose la création du Palais de la languefrançaise ! D’autres questions monsieur Cheminade ?

Jacques CHEMINADE : Bon alors je reviens sur la musique mais c’est important ! Il fautgénéraliser les mercredis musicaux. Pourquoi mercredi ? C’est mon jour préféréde la semaine. Il faut aussi renforcer les conservatoires, cela va de soi.

Emmanuel MACRON : Etbien, il me semble que nous devrions parler d’un sujet en particulier : lestatut des intermittents du spectacle ! Je propose d’adapter ce statut et de lepérenniser pour que cela devienne un outil au service de la politiqueculturelle.

Marine LE PEN : Oui,enfin, il faut surtout contrôler les structures qui en abusent, pourquoi pas encréant une carte professionnelle ? Ce statut doit absolument être remis enordre.

Jean-Luc MÉLENCHON : Celame fait mal de l’admettre, mais je suis d’accord avec Madame Le Pen, il faut pérenniserce statut mais aussi le valoriser, tout comme les artistes précaires.

Nicolas DUPONT-AIGNAN : Jevous suis aussi !

Jacques CHEMINADE : Vousallez me dire que ce n’est pas très original mais je suis d’accord avec voustous…

Jean-Luc MÉLENCHON : Enfinles amis, les intermittents du spectacle ne sont pas les seules personnes quitravaillent dans la culture : n’oublions pas les médiateurs culturels !Qu’est-ce que vous leur proposez vous ? Pas grand chose, il faut absolument lesfavoriser et répandre ce métier dans toutes les structures culturelles.

Benoît HAMON : Etje ne vous entends pas parler des artistes ! Grâce à mon revenu universel, lesartistes pourront bénéficier du statut de l’artiste aidé.

Jean-Luc MÉLENCHON : Etfavoriser la création !

Emmanuel MACRON : Justement,puisque vous en parlez… Moi je propose de lancer un Erasmus des professionnelsde la culture. Pas mal non ? Cela faciliterait la circulation des commissairesd’expo, des conservateurs mais des artistes aussi !

Marine LE PEN :Enfin, la culture c’est aussi l’audiovisuel, et si nous parlions un peu du CSA !Il faut le réformer en créant trois collèges, un représentant l’Etat, un autreles professionnels et un dernier représentant la société civile.

Philippe POUTOU : Ilfaut surtout que le CSA soit remplacé par un organisme de supervision desmédias ! Tout comme il faut créer un statut juridique pour les rédactions avecun droit de regard ou de véto sur les décisions économiques et éditoriales !

Emmanuel MACRON : Alorslà, pas du tout ! Il faut que les sociétés audiovisuelles publiques soient plusindépendantes et ouvertes, plus efficaces. Tout comme pour les entreprises depresse ! Prenons le modèle anglo-saxon : il faut garantir l’indépendanceéditoriale et journalistique !

Très bien, quatre candidats sont restés muets. Il est temps depasser à notre quatrième question :quelles sont vos propositions concernant les lieux culturels ?

Nathalie ARTHAUD : Puisqueje me sens visée, je vais prendre la parole. Il est nécessaire de développerles bibliothèques et en règle générale de soutenir toutes les initiativesculturelles.

Jacques CHEMINADE :Les bibliothèques ne suffisent pas ! Moi je propose d’ouvrir un musée del’imaginaire. 1 pour 500 000 habitants, à moins de 45 minutes de chez eux. Deuxièmeproposition : la création d’un palais de la découverte par région. Ça c’estefficace !

François FILLON : Jesuis aussi pour la création de nouveaux lieux mais lorsque je serai présidentj’ouvrirai un lieu d’art européen à Strasbourg. De plus, il me paraît essentielque la culture et ses lieux entrent dans l’ère numérique.

Marine LE PEN : Ouienfin avant de penser à ouvrir des nouveaux établissements, vous ne croyez pasqu’il faudrait qu’on arrête de vendre à l’étranger et au privé nos bâtiments nationaux?

Nicolas DUPONT-AIGNAN : Jepense surtout qu’il faudrait s’intéresser à nos lieux culturels maintenant ets’occuper d’eux ! D’abord, il faut rendre les musées gratuits tous lesdimanches. Ensuite, il faut créer un nouveau ministère : un grand ministère quiengloberait le patrimoine, le tourisme, le spectacle vivant, les arts, leslettres, le cinéma et la communication !

Benoît HAMON : Jevalide la création d’un nouveau ministère, je suis pour la création d’unministère de la Culture, des Médias et du Temps libre.

Jean-Luc MÉLENCHON : C’estbon, vous avez fini ? Qui a parlé des archives nationales ? Il faut y investir.Qui a parlé du 1% ? Il faut l’appliquer. Qui a parlé de la préventionarchéologique ? Il faut la re-nationaliser.

Monsieur Asselineau, nous ne vous avons toujours pasentendu, j’espère que vous pourrez saisir la chance de notre dernière question…Messieurs, Mesdames les candidats, le débat touche à sa fin et terminons surune note indispensable et tabou : laculture et l’argent. Quelles sont vos propositions ?

François ASSELINEAU : Là,je peux intervenir ! Selon moi, il faut absolument augmenter les budgets dédiésà la sauvegarde des monuments historiques classés et des œuvres d’artfrançaises. C’est tout pour moi, bonne soirée !

Jean LASSALLE : Hé,il me semble que vous m’avez oublié… Quelle était la question ? ah oui. Moiaussi je propose des choses sur le budget. D’ailleurs, les financements doiventabsolument tendre vers la création indépendante.

Jean-Luc MÉLENCHON : Oui, je suis pour favoriser la création et la production indépendante !La culture ne doit pas être un moyen d’échange marchand ! Il faut mettre fin àl’avantage des mécènes et le sponsoring, finis les avantages fiscaux, finie ladéfiscalisation des œuvres d’art ! Finie aussi l’intrusion de la finance dansles conseils d’administration des établissements culturels. Aidons plutôt lescollectivités territoriales !

Benoît HAMON : Maisoui Jean-Luc ! Il faut mettre fin à cette baisse des dotations et investir 4milliards d’euros dans la culture !

Nicolas DUPONT-AIGNAN : Seulement? Moi je pousse le budget à 1% et en plus j’organise des tirages du loto lejour des Journées du Patrimoine pour accompagner les actions en faveur decelui-ci !

Jacques CHEMINADE : Bandede petits joueurs… C’est à 2% que le budget de la culture doit être ! Noussommes en guerre dans le domaine culturel.

François FILLON : Bon,même si je risque de passer pour le méchant, encore… J’assume, même si lesmédias vont encore bien en profiter... Moi, je donne 2 milliards pendant monmandat.

Marine LE PEN : Allez,Monsieur Fillon, arrêtez de vous faire passer pour la victime et laissez parlerles vrais. Je suis sûre que vous n’aviez pas pensé à créer le mécénat citoyengrâce à une plateforme numérique dédiée. Au passage, j’augmente le budget de laculture de 25%.

Emmanuel MACRON : MadameArthaud et Monsieur Poutou n’ont apparemment rien à ajouter… Alors certes, ilfaut que l’effort continue d’investir dans la culture mais je crois qu’il doiten échange, exiger des contreparties, des contreparties d’efficacité ! De plus,il est essentiel de rétablir une concurrence équitable entre les différentsacteurs numériques. Enfin, il faut investir oui, mais surtout dans lesindustries créatives et culturelles, je leur donne 200 milliards d’euros.

Bien, merci à tous d’avoir participé à ce débat dédié àla culture, un sujet dont on parle trop peu. Nous rappelons que la culturecontribue à hauteur de 3,2% du PIB, au même niveau que le secteur de l’agriculture.Le secteur créatif n’est pas jugé aussi important que la sécurité ou l’emploidans les programmes mais n’oublions pas que la culture pourvoit aussi desemplois et peut être une solution contre la crise identitaire dont la Francesemble souffrir. Dans ce débat, nous pouvons remarquer que l’accent a été missur le patrimoine et la préservation de la langue française et un intérêt estvisible concernant l’audiovisuel et la presse mais finalement il y a assez peude propositions sur la culture scientifique ou encore l’éducation populaire…Quoi qu’il en soit nous espérons que tout ceux qui nous liront pourront sefaire une idée et choisir leur candidat si ce n’est pas déjà fait ! Merci denous avoir suivi et surtout, n’oubliez pas d’aller voter le 22 avril !

Méline Sannicolo et Lucie Taverne

#présidentielles

#débat

#culture