Suivez l'animateur, pieds nus et esprit libre! Bienvenue à La Piscine, musée d'art et d'industrie de Roubaix, à la politique des publics enthousiasmante.

Ouvert en 2001 dans l'ancienne piscine municipale fermée en 1985, le musée de Roubaix a connu une histoire mouvementée : d'abord musée industriel de 1835 à 1861, puis les collections s'installent à l’École Nationale Supérieure des Arts et Industries Textiles construite à partir de 1881. Gravement atteint lors de la Seconde Guerre Mondiale, le musée sera déclassé en 1959 et ses collections dispersées, fait unique en France. Le renouveau viendra avec le don du fonds d'atelier du peintre Jean-Joseph Weerts et l'installation d'un musée dans l'hôtel de ville de 1963 à 1980, années pendant lesquelles le projet du musée actuel est en gestation et les équipes font leurs armes au sein de la mairie. Actuellement, le service de médiation s'organise en deux équipes qui correspondent à deux offres distinctes : les animations pour les moins de 18 ans et les visites au-delà de cet âge. Les animations retiendront ici notre attention. Suivons par exemple Julien Ravelomanantsoa (dit Julien), artiste-animateur-fantaisiste, le temps de l'animation « 4 sens ».


(c) Marie Tresvaux du Fraval

On se déchausse, perplexes, amusés mais sceptiques, et nous voilà partis pour une balade, guidés par nos sensations : pieds nus pour mieux apprécier la texture du sol, la différence de température, prétexte pour découvrir La Piscine et son histoire. L'olfactif prend le relais, on renifle les échantillons conçus par Christian Astuguevieille – qu'on ne présente plus- passée la première impression un peu désagréable, Julien convie notre imaginaire, une odeur de café, des couleurs imaginées et nous voici devant une Nature Morte, plus loin du jasmin nous ouvre à l'orientalisme... « Papa, Maman j'ai senti Picasso »pourront s'exclamer les enfants au retour du musée.


Crédits : Marie Tresvaux du Fraval

Plus tard allongés sur le sol au pied de l'ancien grand bassin, non loin de paisibles statues, nous méditons. Julien nous invite à livrer nos impressions du moment présent : « vastitude et au-delà » pour certains « bien-être » pour d'autres. En effet nous sommes dans un ancien cloître (bien antérieur à la piscine). Ailleurs, des meubles tactiles conçus eux aussi par Astuguevieille, au contact des textiles nous recréons des histoires.Ce parcours décalé et désinhibant au sein des collections permanentes du musée a l'air iconoclaste mais il sert un discours sérieux et accessible sur les œuvres. L'aspect ludique et l'attention portée à l'individu (enfant), son vécu, son imaginaire permet une lecture et une approche de l'art très stimulante, véritable parti pris du lieu, le jeune public est d'ailleurs prioritaire par volonté politique de la ville. Mais liberté et plaisir ne sont pas synonymes de « n'importe quoi », les animateurs, souvent plasticiens, font montre d'un grand professionnalisme qui convainc même les plus récalcitrants. 


Crédits : MTDF

Les adolescents, publics difficiles et peu captifs, ne sont pas en reste avec "promène-carnets" qui les invite à s'exprimer librement par l'écrit et le dessin tout au long de leur visite. Toujours sur le terrain, au plus près des Roubaisiens, la team de FlorenceTételain, chargée de la politique des publics, mène depuis plusieurs années différents projets culturels avec les associations, des crèches aux prisons.

Notre enthousiasme ne doit pas faire oublier la réalité des moyens, nos animateurs sont pour la plupart vacataires et donc précaires et les animations dans les salles, si elles permettent une mise en valeur du site, désengorgent aussi les deux ateliers trop petits. Car c'est là le paradoxe, La Piscine est victime de son succès et booke en quelques jours ses réservations pour l'année. Débordés, les animateurs-concepteurs n'entendent toutefois pas se complaire sur leurs lauriers et remettent sans cesse leur ouvrage et leur imagination sur le métier. Espérons que l'extension prochaine du musée (en 2015) qui verra notamment la recréation de l'atelier du sculpteur Henri Bouchard, un agrandissement des salles d'expositions temporaires et de nouveaux ateliers pour le jeune public, améliore les conditions de travail, quoiqu'il en soit La Piscine garde une longueur d'avance !

Noémie Boudet

La Piscine, musée d'art et d'industrie André Diligent

23 rue de l'espérance, 59 100 Roubaix