Amateurs de Bandes dessinées, passionnés de l'Antiquité ou simples curieux : l'exposition Bulles d'Antiquité, le monde romain dans la B.D, est faite pour vous !


© Droits réservés

Amateurs de Bandes dessinées, passionnés de l'Antiquité ou simples curieux : l'exposition Bulles d'Antiquité, le monde romain dans la B.D, est faite pour vous ! Le Forum antique de Bavay, musée archéologique du département du Nord nous offre une belle immersion du 2 février au 28 août 2012. Hommage à Jacques Martin et Gilles Chaillet, deux figures incontournables de la B.D, l'exposition est également l'occasion de comprendre la façon dont les professionnels de ce genre, scénaristes et dessinateurs, ont envisagé les différents aspects de la complexe société romaine.  

L'exposition s'organise en cinq espaces distincts délimités par de grands panneaux constituant des blocs, ainsi que par trois couleurs qui différencient les thèmes abordés ; le tout formant un carré de quatre parties reliées par une zone centrale. Les grands panneaux se dotent de vitrines incrustées, exposant des collections, qui permettent avant tout de créer des effets de profondeurs entre les diverses parties qui se coordonnent. Notre déambulation dans cet univers se réalise donc dans un espace ouvert où l'on ne se sent pas enfermés. Avec amusement, on peut remarquer que les panneaux s'assimilent à des planches de B.D : écriture noire sur fond blanc, encadrée de couleur rappelant les fameuses vignettes, et ils sont agrémentés d'anecdotes placées dans les incontournables bulles, marques de fabrication de ce genre littéraire à part entière.

La première partie bleue constitue une introduction, présentant deux bandes dessinées phares sur l'Antiquité : Alix, première B.D à succès, et Astérix. Elle est aussi l'occasion d'exposer des livres anciens tels que les gravures d'Auguste Racinet ou encore des manuels scolaires et des couvertures de cahiers datant des années 50. La partie suivante en vert s'attarde sur les Gaulois. Utilisant Astérix comme point de départ, elle aborde des sujets divers comme leur nourriture, leur mode de vie et met à bas les préjugés concernant la moustache, la hutte, les druides et la magie, en nous dévoilant des Hommes tout à fait civilisés. Denier, ancienne monnaie grossie à la loupe, rhyton, corne à boire, ou encore maquette de maisons gauloises s'offrent à notre regard curieux. La couleur rouge illustrant les Romains ornent les deux parties suivantes. L'une dévoile à travers la B.D les thèmes de l'armée, des jeux du cirque et de l'amphithéâtre ou encore la religion, exposant ainsi diplômes militaires en bronze, trousseaux de toilette et d'impressionnants casques et poignards de Gladiateurs en provenance de Pompéi. La seconde se concentre sur l'Urbs, la ville ; la domus, la maison ; et la nécropole. Un immense plan de la ville de Rome composé de quatorze dessins originaux de Gilles Chaillet frappe par la complexité des nombreux détails. À la découverte de ce monde lointain couronné d'un univers de dessins et de bulles, on a presque envie de s'exclamer : « Ils sont fous ces Romains ! ». Pour finir, la partie centrale peut amuser petits et grands grâce à des bancs et poufs qui poussent à s'installer confortablement afin de se plonger dans les bandes dessinées mises à disposition. C'est également l'opportunité d'expliquer la fabrication d'une B.D, notamment grâce à une table à dessin exposant des planches en cours, originales et inédites d’Arelate. Par ailleurs, un reportage du dessinateur Gilles Chaillet défile. Bien évidemment, tout au long des différents espaces, planches et bandes dessinées d'époque sont exposées.

Par ailleurs, plusieurs activités et journées ont été organisées autour de l'exposition ; ainsi, conférences, journées gratuites telles qu'Archéo'culte avec entre autres dédicaces de B.D et montgolfière à l'effigie d'Obélix,  ou encore Ciné-Forum où l'on peut assister à une séance plein air parmi les vestiges antiques, de même que des stages pour le jeune public s'inspirent de la B.D pour notre plus grand plaisir.

Néanmoins, l'exposition comporte quelques défauts non négligeables. Trop de texte tue le texte, aurait-on envie de dire... Même si les thèmes abordés sont particulièrement intéressants, lire l'ensemble est impossible et l'on finit par survoler, ce qui est dommage. De même, certains termes employés sont parfois très compliqués et supposent un temps de « décodage ». En outre, le reportage dure quinze minutes, ce qui est beaucoup trop long. Arrivant au milieu, il est difficile de s'y intéresser, et qui aurait la patience d'attendre ou de jeter un coup d’œil régulièrement pour le reprendre au début ? De tels constats en induisent un autre : ce n'est pas destiné aux enfants ! Il aurait été judicieux de leur consacrer une partie, quand on sait à quel point le jeune public apprécie ce genre littéraire.

Toutefois, cette exposition n'en reste pas moins agréable et instructive. En effet, on apprend beaucoup de celle-ci, avant tout pédagogique, aussi bien sur l'univers de la bande dessinée que sur les modes de vie gauloise et romaine ; en contraste avec le côté « douillet » des poufs qui offrent un temps de pause appréciable. En outre, elle présente une très belle collection d'objets particulièrement remarquables et fascinants. Qui plus est, les tarifs relativement faibles de 5€, 3€ pour les tarifs réduits et gratuit pour les moins de 18 ans, billet comprenant l'accès à l'ensemble des activités proposées, - expositions permanente et temporaire, site archéologique, film 3D et visites guidées individuelles -, ne constitue pas un obstacle à la découverte de cette petite exposition fort sympathique. Les plus férus se régaleront et comme le dit si bien un professionnel du milieu : « Quand l'appétit va, tout va ! ».   

Lucile TALLON