A l’occasion d’un stage au MUba EugèneLeroy de Tourcoing, j’ai eu la chance de participer au premierrenouvellement des collections pour l’année 2014. Créé en 1860, et anciennementdénommé Beaux-Arts de Tourcoing,  le MUba Eugène Leroy présente sescollections dans un dialogue permanent entre art classique, art moderne et artcontemporain. Peintures, dessins, estampes, sculptures se côtoient dans lesparcours où l’on croise par exemple Boilly ou Rembrandt en écho avec lescontemporains Antoine Petitprez, Philippe Cazal ou encore avec des figures du xxe sièclecomme Martin Barré ou bien sûr Eugène Leroy.

Les collections permanentes occupent lamoitié de la surface d'exposition. Leur accrochage est régulièrement renouvelépour faire écho aux grandes expositions temporaires programmées deux fois paran. L’exposition Permanente/Provisoire a été repensée à travers le thème de laforme et de la sculpture afin de faire écho aux deux expositions temporairesréalisées par le MUba. Le musée des Beaux-arts de la ville propose une granderétrospective de l’œuvre de l’artiste contemporain autrichien Elmar Trenkwalderet une exposition plus réduite sur la forme et le design pratiquée à la Manufacture de Sèvrespar le biais de vases. Ces expositions sont visitables depuis le 17 avril jusqu’au24 novembre 2014, alors n’hésitez pas à vous y rendre car lesexpositions mais aussi le lieu valent le détour!

Vue de la salle d'exposition temporaire (c) F.Kleinefenn

L’exposition phare du moment "Ornement et Obsession" est la première rétrospectiveorganisée autour de l’œuvre fantasmagorique d’Elmar Trenkwalder. L’amateurconfronté pour la première fois à l’art de cet artiste autrichien, qu’ils’agisse de ses dessins, de ses premières peintures ou des sculptures de terre cuitesdes dernières années, n’a pas fini de s’étonner. Installé à Cologne au milieudes années 1980, l’artiste né en 1959 et qui vit aujourd’hui à Innsbruck,connaît un succès rapide avec des dessins et des tableaux d’inspirationsymboliste dont les cadres, d’abord en moquette, puis en terre, font reculer lecontenu du tableau vers la périphérie et l’élargissent. Les premiers travaux enterre émaillée de couleur frappent par l’extraordinaire expression physique ducorps masculin dans la droite ligne d’une certainetradition autrichienne de transgression des limites sexuelles. Cette grandeexposition présente l’œuvremonumentale de l’artiste, des peintures et dessins, en incluant et mettant enperspective les œuvres acquises par le MUba. Elmar Trenkwalder crée des sculpturesmonumentales en céramique. Ses structures et ses architectures qui rappellentl’art flamboyant du gothique tardif, fusionnent des formes imaginairesbiomorphiques et végétales. La représentation figurative, quant à elle, estdéformée, elle joue de symboles féminins et masculins. L'artiste dresse un panorama complexe, fantastique et délirant empreint de formes del’histoire de l’art, des arts appliqués ou des arts populaires. La grandenef du MUba est emplie de ses œuvres créant une atmosphère particulière,quasi-magique. 

Vue de la salle d'exposition Permanente/Provisoire(c) D. Knoff

En liaison avec l’exposition "ElmarTrenkwalder - Ornement et obsession" , l’exposition Permanente/Provisoire intitulée enréponse à la formule de Baudelaire "Un objet pas si ennuyeux que ça, lasculpture?", s’est façonnée à partir de la collection de sculptures duMUba, qui sont ainsi interrogées dans un parcours dynamique sur toutes lescomposantes de la sculpture, sa matière du marbre à la simple planche decontreplaqué, du bronze à la céramique, en passant par le bois de récupération,de la fonte d’aluminium au plâtre en passant par la terre ; sonaccrochage, sur un socle, sur le mur, directement au sol, dans l’espace, ousimplement représentée ; ou encore son sujet figuré, réaliste, suggéré ouabstrait. L’exposition Permanente/Provisoire est repensée comme une expositiontemporaire, dont la présentation est renouvelée régulièrement. Le parcours del’exposition propose une déambulation au rythme des œuvres exposées autour dela question de la sculpture selon le concept de la relation de l’artcontemporain et l’art ancien. Ces nouvelles relations apportent un nouveauregard sur les œuvres en établissant entre elles des parallèles, multipliantainsi les lectures possibles de l’œuvre. L’exposition permet de mettre aucentre la question du rapport de l’œuvre au lieu et de son expérience.

Autour de ces expositions, le MUbaEugène Leroy, toujours dans un souci de faire dialoguer les arts et les formes,a pensé une exposition temporaire, "V de S", en étroit lien avec la Cité de laCéramique. Le parcours de l’exposition propose de circuler autour des vases etformes emblématiques de la Manufacture autour de la question du renouvellementdes formes des vases et de l’étroit lien entre l’art ancien et l’artcontemporain. Ces nouvelles relations, associant les plus grands créateursinternationaux aux collections du patrimoine national, apportent un nouveauregard sur les œuvres, multipliant ainsi les grilles de lectures possibles. LaCité de la Céramique représente l’excellence des métiers d’art et de lacréation en France. Les résidences exploratoires d’artistes et de designers quis’enchaînent depuis des décennies à la Cité de la Céramique, occupentquotidiennement plus d’une centaine de céramistes d’art, et ouvrent l’horizonsur de nouveaux territoires et de nouvelles potentialités artistiques encoreinédites. L’exposition propose un parcours au travers d’une double perspective: la continuité de la forme en blanc, que l’on retrouve chez Charpin, Arp ouencore Renonciat et les ruptures, qui ne sont qu’apparentes, proposées par denombreux artistes et designers tels que Sottsass ou Biecher.

Pour tout cela et bien plusencore, venez découvrir ces expositions particulières et différentes maistoujours en dialogue les unes avec les autres et participant à l’éternellequête de questionnement et de renouvellement que suit le MUba Eugène Leroy,exemple dont pourrait bien s’inspirer nombreuses autres structures.

Elisa Bellancourt