Vous avez certainement tous remarqué de très petits objets dans les musées. Vous avez également certainement constaté que ce ne sont pas ceux envers lesquels nous sommes les plus attentifs. Entre se perdre dans la contemplation d’un tableau ou d’une pièce, le choix est souvent vite fait. Cela tient certainement du fait que les moyens ne sont pas mis en œuvre dans les musées pour pouvoir apprécier ces petits objets. Et pourtant ces derniers sont tout aussi intéressants que les autres, ils sont simplement plus difficiles à appréhender du fait de leur petite taille. J’ai donc été curieuse d’aller découvrir l’exposition Archi-timbrée à la Cité de l’architecture et du patrimoine, une exposition qui présente cinquante timbres au milieu des œuvres monumentales des collections permanentes du Musée des Monuments français… Me demandant comment serait mis en valeur l’un des plus petits supports existant en allant voir cette exposition, j’ai trouvé des réponses.

Le livret d’accompagnement à la visite

Si vous allezsur la page de l’exposition du site internet vous verrez qu’elle mentionne un« catalogue offert ». C’est en fait un livret d’accompagnement à lavisite qui est essentiel pour profiter de l’exposition : non seulement ilprésente l’exposition, mais il comporte un plan ainsi que des fiches sur certainsexpôts que vous trouverez dans le parcours. Cet outil d’aide à la visite dontje vais évoquer les atouts fait entièrement partie de l’exposition.

Le repérage des timbres

Vue d’un support de présentation de timbre devantune maquette

© C.D.

Ma première questionen entrant dans l’exposition était « est-ce que je vais facilement trouverces timbres ? ». Parce qu’il faut savoir que la galerie des moulages présente350 estampages en plâtre et 60 maquettes d’architecture et de charpente ; quela galerie des peintures murales et des vitraux compte une centaine de copiesde peintures murales emblématiques ; et que la galerie d’architecturemoderne et contemporaine expose une centaine de maquettes, éléments de bâtiments,dessins et photographies. Alors imaginer cinquante timbres au milieu de tout cela,ce n’est pas évident. Ça relève même de la chasse au trésor. Pourtant, plus depeur que de mal, il s’avère que dès le début du parcours on les repère trèsbien ! Chaque timbre est présenté sur un support proche du format A4 de laforme d’un timbre. Ce support tient sur quatre pieds blancs ou est directementposé sur le mobilier d’exposition. Pour être certain de le repérer, unepastille jaune et bleue avec un numéro est posée au sol devant l’œuvre àlaquelle le timbre fait écho. Ces numéros se retrouvent également au début dulivret d’accompagnement à la visite (atout 1). Ce-dernier propose effectivementun plan de repérage juste après l’introduction à l’exposition. Trois pagesprésentent les trois galeries du musée avec l’emplacement précis des différentstimbres du parcours. Avec tout cela, impossible de passer à côté d’un destimbres !

La lisibilité des timbres

Vue d’un support de présentation de timbre de prèsavec utilisation de la loupe

© C.D.

Une fois lestimbres repérés, encore faut-il pouvoir les observer. Pour cela, rien de telqu’une bonne vieille loupe. Chaque support de timbre comporte une loupe que levisiteur peut manier librement. Elle permet d’apercevoir des détails autrementdifficiles à appréhender. Pour compléter cette observation le livretd’accompagnement à la visite contient une représentation en taille réelle de trente-sixtimbres du parcours (atout 2). Libre à chacun d’en observer les détails au plusprès. Pour vérifier si le visiteur a bien observé les timbres de l’exposition,un jeu multimédia est proposé en fin de parcours. Il se joue à deux, chaquejoueur devant relever des défis comme retrouver les morceaux manquants deplusieurs timbres, ou encore trouver les particularités communes d’une série detimbre. De quoi réactiver notre mémoire, ce qui n’est jamais inutile.

Le lien entre les timbres et lescollections permanentes

Comment le lienest-il fait entre les timbres présentés sur leur support et les œuvres de lacollection permanente du musée ? Le lien est signalé physiquement par lespastilles au sol puisque les supports sont placés de sorte que l’observation del’expôt se fasse le plus confortablement possible. Si l’expôt à observer estune sculpture monumentale, le support est éloigné de plusieurs mètres afin depouvoir l’embrasser du regard. Si l’expôt à mettre en relation avec le timbreest une maquette, le support est placé à proximité directe, voire sur lemobilier d’exposition. Cette réflexion sur le positionnement des supports aidele visiteur à orienter son regard et à apprécier le lien entre les timbres etles expôts. Le lien se fait donc évidemment aussi par la représentation quiillustre le timbre. Chaque timbre dialogue avec l’expôt par cettereprésentation imagée. Le lien est parfois évident car la représentation dutimbre est un gros plan d’une œuvre monumentale. Il est parfois moinsperceptible quand un timbre représente un monument et que l’expôt ne figurequ’une partie de ce monument qu’il faut alors retrouver dans le timbre (d’oùl’utilité de la loupe). La recherche a alors un côté ludique appréciable. Letimbre peut également représenter un personnage qui a eu un rôle majeur dansl’histoire d’un monument dont une partie est exposée. Les liens se font ainside multiples façons ce qui crée un rythme de visite assez dynamique. Enfin,pour comprendre la pertinence de la mise en regard d’un timbre et d’un expôt,il faut se reporter au livret d’accompagnement à la visite (atout 3). Cedernier développe du contenu pour dix-huit des timbres présentés. Chacun a unedouble page sur laquelle on retrouve la représentation du timbre et de l’expôt,des documents tels des maquettes de timbre, des photographies ou encore desbons à tirer, ainsi qu’un texte permettant d’expliquer les raisons historiques,commémoratives et touristiques du choix de la représentation de tel ou tel monumentsur le timbre.

Au final, macuriosité a été satisfaite au cours de cette visite. Du point de vue duprofessionnel, elle permet de réfléchir aux outils mobilisables pour la mise envaleur des petits objets dans les expositions. Du point de vue du visiteur,elle permet de regarder différemment le timbre, un support qui fait partie denotre quotidien mais que l’on regarde finalement assez peu. Bref, chacun ytrouve son compte et risque (heureusement) de ne plus porter la mêmeattention aux petits objets qu’il croisera dans les musées.

C.D.

Exposition Archi-timbrée – Voyage philatélique dansl’architecture, Cité de l’architecture et du patrimoine, du 15 avril au 21septembre 2015.

http://www.citechaillot.fr/fr/expositions/expositions_temporaires/25791-archi-timbree.html

http://www.citechaillot.fr/data/expositions_bc521/fiche/24557/cp_architimbree_8c041.pdf

#Exposition

#Timbre

#Architecture