Paris met à l’honneur, cet automne 2015, les plaisirs raffinés du siècle des Lumières en exposant ses plus illustres artistes comme Fragonard, Louise Elisabeth Vigée-Lebrunet ses plaisirs matériels les plus exquis à travers le biscuit tendre de Sèvres et les boissons exotiques.

Scène pastorale, Höchst XVIIIe siècle © Rmn-GP

Paris met à l’honneur, cet automne 2015, les plaisirs raffinés du siècle des Lumières en exposant ses plus illustres artistes comme Fragonard, Louise Elisabeth Vigée-Lebrunet ses plaisirs matériels les plus exquis à travers le biscuit tendre de Sèvres et les boissons exotiques. Ce condensé de saveurs me conduit, en visitant ces expositions, à m’interroger : Pourquoi en tant qu’étudiante en muséologie puis-je sentir ce siècle comme proche de mes goûts et préoccupations professionnelles en matière d’exposition ?

Cette affinité se situe-t-elle du côté de tout ce qu’est et ce qui fait l’art au 18e : le raffinement, la délicatesse, le plaisir de vivre, le développement du jugement esthétique, l’apparition des salons, comme premières formes d’exposition et que sais-je encore ? C’est l’époque où l’individu prend de plus en plus de place au sein de la société. La vie devient une xercice de représentation, pour ne pas dire une exposition maitrisée de sa personne. A mon sens, l’idée que nous nous faisons de ce siècle a un lien à avoir avec l’univers expographique actuel ! Voyons les différents mediums qui à l’époque ont facilité cet exercice de représentation de soi.

A l’origine… le latin : Expono, is, ere, posui, positum !

Au 1ersens donné du terme, « exponere » signifie expliquer, présenter. Si on ledécompose, le « ex » renvoie à l’idée d’extériorité. « Ponere » tout seul (endehors que c’est un composé de possum !) veut tout simplement dire poser. «Exponere » est donc l'action de mettre, situer, poser, installer en directionde l'extérieur. Cette idée s’inscrit donc dans une logique de monstration. Ellepeut concerner les objets mais aussi les personnes. Comme verbe pronominalréfléchi, s’exposer exprime une action que le sujet fait surlui-même…intéressant pour notre démonstration !

 « S’exposer » c’est «mettre en péril »

Exposerses propres idées sur un sujet tabou peut s’avérer dangereux…Pour l’exposition« Fragonard Amoureux, galant et libertin» au Musée du Luxembourg, le discours de l’exposition portait sur le traitementpictural des comportements amoureux, allant de la galanterie à l’érotisme. Lasection 7 du parcours montre au public comment le peintre a réussi à promouvoirdans son art une imagerie dite « licencieuse». Les tableaux que nous pouvons voir actuellement au musée, résultaient àl’origine de commandes très privées, pour décorer les appartements de richesaristocrates. Ces initiatives restaient secrètes par peur du scandale.

Autreexemple : dans une partie de l’exposition « LouiseElisabeth Vigée-Lebrun » au Grand Palais, un tableau de 1783 représente lareine Marie Antoinette en robe de Gaulle, robe de gaze blanche légère qui étaitconsidérée comme indécente à l’époque. On sait que ce portrait de la reine afait scandale au Louvre et que le tableau a aussitôt été retiré. Ainsi untableau exposé au Salon peut mettre à mal la réputation de son peintre s’il aenfreint les codes établis.

MarieAntoinette en robe de mousseline dite en gaulle.1783Kronberg, © Rmn-Grand Palais

Une définition toujours d'actualité au XXIe ! 

« Exposer, c'estdéranger le visiteur dans son confort intellectuel ».

                                                            JacquesHainard

                                              Le portrait : exposer au sens moderne de la « théâtralisation ».

Point d’orguede cette volonté de représentation de soi : l’art du portrait. Avoir sonportrait permet de revendiquer sa position sociale. Louise Elisabeth VigéeLebrun est une des plus illustres portraitistes de son temps qui s’attache àsaisir la ressemblance de ses modèles tout en l’idéalisant. Ces portraits sontdestinés à être diffusés. Ce sont des outils politiques.

Leportrait ne s’arrête pas qu’à la peinture ! L’exposition à la Manufacture deSèvres « La sculpture de Louis XV à laRévolution » donne à voir les bustes des grandes personnalités en biscuitde porcelaine tendre. L’épisode révolutionnaire eut à cœur de mettre en valeurles défenseurs de la liberté et la production de médaillons sculptés permit dediffuser plus facilement les idées de la Révolution.

S’exposer par des objets, signes extérieurs de richesse

Vouloirexposer son goût pour le « beau » relève d’une mise en scène de son propre modede vie, souvent souhaité comme modèle. C’est ce qu’illustre l’exposition « Thé, café ou chocolat » au muséeCognacq-Jay qui s’intéresse à un nouvel art de la sociabilité, celui desboissons exotiques. Des tableaux de François Boucher ou de Jean Siméon Chardinnous permettent de comprendre que ces boissons servies dans un apparat de luxeparticipaient activement à l’exercice de représentation de soi.

   © Musée Carnavalet/Roger-Viollet 

                                     Exposer, c’est raconter une histoire, expliquer, faireconnaitre…

Cettedéfinition se rapproche plus de celle que l’on connait, dans son acceptationmuséale actuelle. L’exposition est un récit espace-temps que l’on a matérialiséet que l’on offre à la vue et à la critique du public. Le discours choisi pourl’exposition sur Elisabeth Vigée-Lebrunest en cela très évocateur puisqu’il s’agit d’une rétrospective visant à réunirles plus belles productions picturales de l’artiste. Cette exposition estorganisée comme un livre où le récit est ponctué par divers chapitres. On nousraconte la fabuleuse destinée de cette femme peintre, de ses débuts deformation à sa consécration auprès de la famille royale à Versailles et descours européennes.

Le pan de mur "1789" divisant l'exposition en deux © Sandra pain

Lecheminement séquentiel est marqué au milieu par la rupture symbolique, à lafois scénographique et historique de 1789. Cette date marque ici la frontièrepsychique et mentale, le passage vers un autre monde, comme le IIèmetome de sa vie.

Du latin à aujourd’hui, quels sens pour ce geste d’exposer ?

Que dedéfinitions juxtaposées et de significations multiples autour de la notiond’exposition ! Prendre les différentes visions que l’on a de l’exposition du 18epour les confronter et les confondre avec celles du 21e…est une démarcheque j’ai voulu vous proposer pour rendre à l’exposition sa polysémie, elle quiest tout à la fois monstration, mise en scène des objets, théâtralisation desoi, mise en péril, histoire, déduction de faits…et que sais-je encore ? Et vous,quelle est votre définition personnelle de l’exposition ?

A mesyeux, au-delà de tous les aspects techniques qu’elle peut revêtir aujourd’hui,l’exposition est la mise en forme et en action d’une pensée à transmettre. Elleest ce qui nous renvoie à notre humanité puisqu’elle nous permet de réfléchirsur des sujets qui nous tiennent à cœur.

Sandra Pain

Pour en savoir plus, le site de l'exposition de la portraitiste au RMN-GP :

http://www.grandpalais.fr/fr/article/elisabeth-louise-vigee-le-brun-toute-lexpo

 # louise-elisabeth-vigée-lebrun 

 # biscuit de porcelaine

 # fragonard