L’exposition temporaire pour mettre en valeur ses collections et la diversité d’un réseau de musée municipal.


Affiche de l'exposition © MAMCS

Le Musée d’Art Moderne et Contemporain (MAMCS) de la Ville de Strasbourg proposait du 21 mai au 23 octobre 2016 l’exposition Le Cabinet des Merveilles, Quinze ans d’acquisitions des Musées de Strasbourg. La direction commune des musées de la Ville de Strasbourg est constituée de onze établissements très divers : le Musée Archéologique, le Musée des Beaux-Arts, le Musée des Arts décoratifs, le Musée de l’Œuvre Notre-Dame, le Musée Historique, le Musée Alsacien, le Cabinet des estampes et des dessins, le Musée d’Art Moderne et Contemporain, le Musée Tomi Ungerer, l’Aubette 1928 et le Musée Zoologique.Réalisée par des conservateurs de plusieurs musées municipaux dans le cadre de la saison « Passions Partagées. Au cœur des collections » regroupant un ensemble d’expositions dédiées à la valorisation des collections des musées de Strasbourg, elle s’inscrit dans un mouvement plus large dont je n’ai malheureusement pu voir que cette exposition.L’exposition est conçue comme un parcours thématique, et non chronologique, qui inviterait à une « déambulation jubilatoire », pour « découvrir », de manière « sensible »… selon les mots du « Petit Journal » de l’exposition. Elle présente ensemble et sans distinction les acquisitions des onze musées de la Ville de Strasbourg (le musée d’appartenance est simplement précisé dans les cartels). Ce choix montre une action unifiée, cohérente et permettant de mettre en valeur la diversité des structures muséales de la ville. Si les pièces étaient séparées par musée non seulement nous nous dirigerions probablement encore plus vers nos thèmes ou disciplines de prédilection, en négligeant peut-être d’autres œuvres et n’aurions-nous pas une impression « de chacun pour soi ». Ne serions-nous pas naturellement encouragés à la comparaison entre les différents établissements ? Le fait de ne pas signaler particulièrement la provenance des pièces montre une unité dans la diversité, décloisonne les disciplines et donne plus de sens à une exposition commune qui démontre une complémentarité. En matière de dialogue, sans donner un exemple précis, nous voulons insister sur le décloisonnement de « disciplines » et le travail collaboratif au sein d’une ville. Subtilité relative que l’on retrouve dans la scénographie entre cabinet de curiosité et « white cube ». L’utilisation du bois se révèle très judicieuse dans la mise en valeur des œuvres présentées et l’espace reste clair et aéré la majeure partie de l’exposition. Ainsi cette exposition réussit-elle plusieurs « missions » : mettre en valeur les acquisitions, les collections des musées de Strasbourg, présenter une image unifiée et complémentaire des établissements… et encourager la curiosité ? 

Salambô Goudal

#collections

#miseenvaleur

#réseau

                                                                                                                                                     

Pour en savoir plus :Exposition présentée du 21 mai au 23 octobre 2016 au MAMCS à Strasbourg. http://www.musees.strasbourg.eu/index.php?page=musee-dart-moderne-et-contemporain-mamcs