De la dentelle entre les lianes

Entrée de l’exposition

La calèche « Vestige »

Crédits: C.C.

Parfois, le textile et le végétal se subliment, s’entremêlent l’un l’autre. C’est en tout cas ce qui attendait le visiteur de l’exposition « Noces Végétales » dans la grande serre du Jardin des plantes de Paris. En février 2014, Tzuri Gueta, créateur de bijoux et … de textiles pour la haute-couture, y a exposé ses dentelles siliconées. L’originalité repose sur la manière dont est traitée la dentelle, entre les mains de l’artiste elle devient sculpturale, à l’aide notamment de silicone – selon une technique qu’il a brevetée en 2005.  La dentelle prend alors des couleurs et des formes surprenantes. Aperçu en texte et en images de cette exposition de textiles végétalisés.

Au fil du parcours, sur les cours d’eau

Îlots« Réminiscences »

Crédits: C.C.

Dans la serre

En 2012 Tzuri Gueta propose un projet d’exposition dans le cadre du concours Le Créateur, de la Fondation Ateliers d’Art de France. Il remporte le prix quelques mois plus tard, et son projet passe de la fiction à la réalité. Durant trois mois, les végétaux de la grande serre du Jardin des plantes vont, en quelque sorte, se transformer en présentoir pour les dentelles du créateur ; car elles sont véritablement suspendues aux lianes, aux branches ou posées sur les cours d’eau. Mais qui des plantes ou des textiles révèlent l’autre ? Au fil du parcours, le visiteur s’aperçoit que les dentelles et les végétaux se subliment, se mettent en scène l’un l’autre. Les dentelles semblent animer la végétation dense et luxuriante des grandes serres du Jardin des plantes.

Au centre du parcours

« Alliances »

Crédits: C.C.

Quelques dentelles qui reprennent la forme de lianes se mêlent à elles dès l’entrée ; si bien que certains des visiteurs passent sans les voir. Rien n’indique les six créations présentes dans les serres, de façon à ce qu’elles se confondent pleinement à sa végétation. Seul un dépliant, disponible à la billetterie, éclaircit les idées du créateur et indique les œuvres textiles sur le parcours.

Après une première réalisation très discrète – mis à part la calèche trônant sur les escaliers de l’entrée de la grande serre, qui semblait tout droit sortie d’un conte de fée – quatre autres créations attendaient de charmer les sens du visiteur. La plaquette de l’exposition promettait un « parcours initiatique dans les rites et les symboles du mariage », celui « de la dentelle siliconée et d’une flore exubérante ». En effet, tout au long du parcours, le visiteur retrouvait une calèche, des robes de mariées qui  habillaient les écorces de deux arbres… ou bien encore de minuscules îlots, des portiques… Il y avait donc un thème, mais son entière compréhension ne semble pas être une priorité. L’absence de cartel laissait à penser que l’esthétisme des créations prime sur leur message. La seule manière de connaître le nom des œuvres était de se référer au dépliant.

Au fil du parcours

« Ponctuation discrète »

Crédits: C.C.

En dehors de son activité d’artiste, Tzuri Gueta est créateur de bijoux pour sa propre marque mais il est également l’un des fournisseurs textile de la haute-couture ; lieux où importe essentiellement la beauté et la grâce des objets. « Noces Végétales » proposait un parcours pour un visiteur en quête de merveilleux ; la dentelle mêlée aux végétaux appelle au rêve. Aidé par l’ambiance d’une serre tropicale en plein Paris, le créateur a remporté son pari ; le visiteur pouvait aisément se laisser prendre au jeu, s’imaginer dans un lieu féerique où les arbres tissent d’étranges et sublimes matières. Pour quitter cette exposition à l’univers enchanteur et continuer la visite des grandes serres, le visiteur passait au travers d’une immense cascade, laissant derrière lui lianes et dentelles et retourne ainsi à l’ordinaire.

Capucine Cardot

Pour aller plus loin : 

Fondation atelier d'arts

Musée National d'Histoire Naturelle de Paris

#Noces végétales

#Jardin des Plantes

#Textile