Dans le cadre de Renaissance, une exposition de fleursétrangesL’accès n’est pas évident, sortant du métro Bois-Blanc Il faut du temps pour trouver La Maison Folie du Colysée

Installation florale d’Azuma Makoto, vue macro. © QH

Dans le cadre de Renaissance, une exposition de fleurs étranges L’accès n’est pas évident, sortant du métro Bois-Blanc Il faut du temps pour trouver La Maison Folie du Colysée

Le Colysée, La Maison Folie de Lambersart, vue de l’extérieur. © QH

Par contre, une fois arrivés, nous a accueilli Un beau jardin immense Jusqu’où les amaryllis qui poussent Sur les labyrinthes de béton Nous mènent-elles ?Les fleurs enveloppées de nylon

Les labyrinthes d’amaryllis qui mènent à l’installation. © QH

« Azuama Matoko, artiste floral »du nom de l’exposition et du commissaire qui, avec l’art japonais, l’Ikebana, n’a pas de lien …

Fleuriste de profession Avec les fleurs, il découvre d’autres horizons visibles dans ses créations :expérimentales installations.

Il a envoyé les bonsaïs dans l’espace et a emprisonné les fleurs dans la glace. Cette fois-ci, qu’est-ce qu’il invente ? La vie des fleurs en suspend ?

Les fleurs en sachet nylon. © QH

L’exposition est d’un autre genre Non plus arrangement de fleurs mais une façon de les dresser dans un sachet transparent

Une fleur emballée sous vide. © QH

Tout plat, tout fin, comme un herbier ? Non, car les fleurs emballées sous vide Gardent toujours leur couleur vivide 

Les visiteurs appréciant l’installation. © QH

Contemplation ? et non leçon de botanique ?

Un visiteur lisant en savourant l’ambiance de l’exposition. © QH

Et pourquoi pas y venir pour simplement lire et passer des heures devant de magnifiques fleurs

Vue nocturne de l’installation. © QH

Sans parfum, sans plante vivante tout juste une installation dont la forme et les couleurs font illusion.

Dieu-Quynh HOANG

#artfloral

#rlille3000

#japon