Vous aviez un doute sur la vivacité des fourmis, leurorganisation, leur taille, leur nombre, leur mode de vie, leur reproduction,leur alimentation … ? L’exposition Mille Milliards de Fourmis duPalais de la découverte saura vous répondre. Elle a été inaugurée le 15 octobre2013 et fermera ses portes le 24 août 2014.

Quin’a jamais mis d’anti-fourmi au bord d’une fenêtre ou jouer les aventuriersexplorateurs en faisant un chemin de confiture à la fraise à la belle saison ?Nous sommes toujours subjugués par le monde du petit, de l’inconnu. Plus qu’unesimple exposition sur les fourmis, le Palais de la découverte rend accessiblece monde si petit et pourtant si grand, si familier et pourtant si méconnu.


Fourmis découpant une orange pour aller nourrir

les larves de la fourmilièreObservées à travers une loupe.

Crédits :  Léa PECCOT

Des fourmis vivantes sont présentées tout au long del’exposition. Des fourmilières entières sont recrées. Pourtant les concepteurssont allés plus loin. L’exposition se veut accessible à tous les publics. Lestextes sont courts, les termes simples et bien expliqués. Les caractères sontgrossis, les films sont traduits en Langue des Signes Françaises, les modulessont adaptés à la hauteur d’un fauteuil roulant. Accessibilité, donc.

Le public déficient visuel est sans doute le plus difficile àconquérir quand il s’agit d’observation. De nombreux schémas et maquettestactiles rendent palpable le monde des fourmis au public déficient visuel. Pource qui est des textes, le choix opéré est celui du braille. Il peut êtrediscuté et discutable. En effet, la proportion de personnes atteintes de cécitélisant le braille est plus que fine, elle avoisine à peine 1,3 % [1] et lespersonnes atteintes de cécité au cours de leur vie ont plus de difficultés àapprendre ce procédé de lecture. C’est donc une faible part de la populationqui est concernée et pourtant c’est un choix très judicieux, bien que coûteux. Onpeut certes se poser la question de savoir pourquoi privilégier autant unpublic si peu nombreux. Si peu de personnes lisent le braille, on observetoutefois dans l’exposition que nombreux sont les visiteurs, voyants, qui leremarquent et le touchent. Les voyants perçoivent très bien que le site où ilsse trouvent est réfléchi et adapté. Là, est toute la question del’accessibilité au public déficient visuel. Ce public peut être accompagné depersonnes voyantes pour une visite partagée.


Reproduction tactile de lieux dans la fourmilière :

le nidet le dépotoir.

Crédits :  Léa PECCOT

L’accent est donc mis sur le braille et plus largementsur le tactile. C’est encore une fois une réflexion en amont qui a conduit à cerésultat. Cette incorporation du tactile dans l’exposition est nécessaire pourle public déficient visuel et utile pour tous les autres. Des maquettes detoutes tailles et genres sont présentes dans cette exposition. Il en va de lareproduction d’une larve agrandie plusieurs dizaines de fois à la représentationdes organisations d’orientation qu’utilisent les fourmis. Ce ne sont donc pasuniquement des éléments morphologiques qui sont traduits en tactile mais aussides concepts à intégrer. C’est, il me semble ce qui fait toute la richesse etl’ingéniosité de cette exposition.


Texte en français, anglais, italien et braille.

Crédits :  Léa PECCOT

Cette exposition avant tout accessible au publicdéficient visuel, auditif ou encore à mobilité réduite est d’autant plus richepour les autres publics qu’ils soient jeunes, familiaux ou âgés. Tout le mondey trouve son compte et ressort agréablement surpris par les capacités de cesfourmis. Car si l’accessibilité formelle est surtout mise en avant, le contenuaussi a été travaillé. Les textes sont très abordables. Bien que leur taille soit réduite, les informations sont claires et simples et lestermes sont définis. Il y a donc eu un grand travail de recherche pour arriverà ce résultat.

A l’aune des restrictions budgétaires et d’obligationslégislatives en matière d’accessibilité, on constate que le Palais de ladécouverte avec ses milliers de milliards de fourmis réussit ce que l’onconsidère aujourd’hui comme un exploit mais, qui, bientôt, sera la norme.

Léa Peccot

Exposition temporaire au Palais de la découverte : 15/10/13 au 24/08/14

 Le montage de l'exposition

Présentation de l'exposition par la commissaire, Nathalie Puzenat

Article presse : RFI, Christophe Carmarans

#fourmis

#accessibilité

#PalaisdelaDécouverte

#exposition


[1] « 1 %environ des déficients visuels (22 000 personnes) ont appris le braille, dontmoins de la moitié (9 000 personnes) le pratiquent pour la lecture et moins dela moitié également (9 000 personnes) pour l'écriture. »