C'est Fantastic !L'exposition Science et Fiction pointe la richesse du dialogue entre scienceset science-fiction. La métropole lilloise a offert pendant tout l'automne 2012jusqu'au début de l'hiver un panel d’œuvres et d'études autour du fantastique.

L'exposition Science etFiction s'est déroulée du 06/09/2012 au 13/01/2013 à la Maison Folie deWazemmes de Lille, elle s'inscrivait dans le cadre de Fantastic. Créé par Lille3000, pour une plus grande diffusion culturelle, Fantastic s'est déployé àtravers la ville par le biais de métamorphoses, d'expositions, d'arts vivants,de littérature et de cinéma sur le thème du fantastique. Plus de trenteexpositions couvraient le sujet à travers la métropole lilloise, des maîtres dela peinture flamande du XVIème siècle aux textiles du futur enpassant par une face inexplorée de Chagall.

Où ?

Affiche de la Ville de LilleCrédits : E.B.

La maison folie de Wazemmesnous a proposé, quant à elle, une incursion dans la richesse du dialogue entrescience et fiction. Ce lieu mixte implanté, à l'occasion de Lille 2004 CapitaleEuropéenne de la Culture, dans un quartier célèbre pour son esprit populaire etsa vitalité culturelle a pour vocation de promouvoir les cultures populaires etde provoquer les rencontres. Il est au cœur d’échanges et de croisementsmultiples entre les disciplines, les artistes de tous horizons, et surtout lespublics. C’est à la fois un lieu de diffusion où sont programmés des spectaclesvivants, des expositions, des ateliers créatifs, des performances, desfestivals mais aussi un lieu de création, de fabrique car la Maison Folie deWazemmes accueille de nombreuses équipes artistiques en résidence,particulièrement les artistes de la région.

Quoi ?

Science et Fiction est uneexposition de la Cité des sciences et de l'Industrie créée en association avecScienceFictionArchives.com qui propose une immersion dans toute la diversité dela Science-Fiction. L'exposition présentait les échanges entre science etfiction, des débuts de ce genre littéraire aux inventions les plus modernes dela science contemporaine. L'exposition souligne comment l’une et l’autre sesont mutuellement nourries grâce à l'une des plus grandes collections d'Europed'objets originaux, ayant servi aux tournages de films cultes de la sciencefiction : maquettes de vaisseaux spatiaux, robots, masques d'extra-terrestres,costumes, combinaisons spatiales, extraits de films, livres, BD... Science etFiction était divisée en trois niveaux eux-mêmes divisés en espaces :Explorer l'espace, Explorer d’autres sociétés et Explorer un univers transmédiaafin de mieux orienter le visiteur sur le chemin de la Science-fiction.

Comment ? 

Le partis-pris de Science etFiction était que la science-fiction non seulement découle des avancements dela science mais aussi que ce genre littéraire alimente les ambitions desscientifiques et donc participe aux progrès de la science. Comme preuves de cesfaits, l'exposition mettait en scène dans des vitrines les œuvres littérairesmajeures de la science-fiction, notamment des romans de Jules Verne ou Cyranode Bergerac imaginant voler en ballon jusqu'à la lune ou encore Tintin marchantsur cet astre, montrant que l'imaginaire autour du progrès scientifique n'estpas nouveau. C'était une exposition centrée sur son discours et ses thèmes maisaussi visant à sacraliser certains objets, comme les costumes originaux defilms cultes mis en lumière et protégés comme des trésors.

PourQui ?


Galerie des robotsCrédits : E.B.

Le visiteur dans Science etFiction était invité à participer, à toucher, à se questionner et mettre tousses sens en éveil. D'abord des bornes en Braille accompagnaient chaquethème de visite pour ne laisser aucun public de côté, ainsi quel'audiodescription présente dans un des films animés dans la partie Les robots,amis ou ennemis ? Également dans le deuxième niveau dans l'espace desSociétés dans la tourmente le visiteur était invité à toucher ce que pourraitêtre un alien. Dans un aspect ludique de nombreuses tables interactivesjalonnaient le parcours afin de faire participer et aider à l'imprégnation desconnaissances scientifiques. Un jeu à quatre joueurs est proposé au deuxièmeniveau posant des questions sur ce que le visiteur a pu découvrir auparavantdans l'exposition, un autre à deux joueurs, au premier niveau, entraîne lesvisiteurs à faire décoller une fusée et à la faire atterrir sur la lune... L’ouïeest aussi mobilisée par le biais de bruitage dans les espaces Explorer d’autressociétés, embarquant le visiteur dans un monde futuriste, de plus de nombreuxfilms audio sont proposés aux visiteurs. Enfin la vue est bien sûr sollicitéepar les nombreuses couleurs utilisées par l'univers de la science-fiction etses représentations, dessins ou photos accrochés aux murs, ou par les objetsexposés dans les vitrines.

Alors ?

Au final le message deconnexion étroite entre science et science-fiction transmis par le premierniveau est clair et compréhensible grâce aux panneaux, cartels et films àdisposition. Le second niveau de Science et Fiction est axé vers les crainteset limites de la science voulant recréer la fiction, et nous amène à voir plusloin, à créer notre propre imaginaire. Enfin, le dernier niveau présentant letravail de création de personnages et mondes de science-fiction depuis lesdessins aux moulages plastiques perturbe le message global de l'exposition. Levisiteur se trouve dans un espace à moitié show-room mettant en lumière letravail des graphistes des univers Dofus et Wakfus. Ce qui laisse le visiteur,profitant de toutes les salles du parcours, perplexe quant au message transmispar ce dernier espace.

Élisa Bellancourt